LA CRITIQUE

Dave Franco marche dans les pas de son frère James, qui a déjà quelques longs métrages à son actif en tant que réalisateur. Et si l’un cherche à surprendre avec des projets bizarres, l’autre se lance dans la mise en scène avec quelque chose de plus classique, le film d’horreur façon “home invasion.” Et si tout n’est pas parfait, le bougre s’en sort avec les honneurs.

The Rental raconte l’histoire des deux couples dont les hommes sont frères. Ils décident de s’offrir à quatre un petit weekend au vert dans une chouette maison au bord de la mer. Certes, elle est un peu chère mais il y a un jacuzzi. Sur place, et dès leur arrivée, ils vont découvrir une pièce fermée par une serrure à code. Dès lors, leur séjour va virer au bizarre.

The Rental sait-il sur quel pied danser ? Difficile de voir où le film veut en venir. Après une introduction très classique pour un film d’horreur, le long métrage co-écrit par Dave Franco vire au drama de couple. Ca discute, ça s’enjaille, ça prend de la drogue et ça se laisse aller dans les brumes de la nuit. On bascule clairement dans la petite prod’ indé qui ferait des ravages à Sundance. Il faut dire que Joe Swanberg co-signe le scénario, lui qui avait déjà fait picoler des potes entre eux dans le sympathique Drinking Buddies.

Franco a-t-il voulu jouer avec les codes du genre ? On se pose la question tant le film ne bascule dans l’horreur que dans son dernier tiers, et encore, la première partie étant bien sage. Il faut dire qu’il soigne sa mise en scène et qu’il est bien aidé par la superbe photo de Christian Sprenger (la série Atlanta). On finit presque par oublier qu’on venait voir un truc prêt à nous faire sursauter. Et on finit par se prendre au jeu de ce changement de genre un peu étrange, où les personnages finissent par devenir classiquement stupides – à l’exception de celui d’Alison Brie qui garde la tête sur les épaules.

Techniquement correct, porté par des acteurs impliqués sur le projet, The Rental finit par nous laisser sur notre faim, d’autant que le film termine dans le film d’horreur pur et dur, un genre qu’il tentait d’esquiver jusque-là. On en retient un moment sympathique (merci Sheila Vand) mais jamais mémorable. Dave Franco, lui, devient un jeune réalisateur à suivre, peut-être même plus que son ainé.

The Rental, de Dave Franco – Sortie en salles le 19 août 2020

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.