En septembre 2008, Alexandre Aja évoquait pour CloneWeb le projet qui succèdderait à Mirrors : Piranha 3D. Les premières images, et les affiches promo, ont confirmé les dires du réalisateur : du gore, des filles, du sang et des piranhas. L’attente était de plus en plus insoutenable et va s’achever le 1er septembre prochain.
Pour patienter encore quelques jours et vous convaincre d’aller au cinéma, voici la critique de Basile.

Piranha 3D – Sortie le 1er septembre
Réalisé par Alexandre Aja
Avec Elisabeth Shue, Jerry O’Connell, Kelly Brook, Christopher Lloyd et Richard Dreyfuss
Alors que la ville de Lake Victoria s’apprête à recevoir des milliers d’étudiants pour le week-end de Pâques, un tremblement de terre secoue la ville et ouvre, sous le lac, une faille d’où des milliers de piranhas s’échappent. Inconscients du danger qui les guette, tous les étudiants font la fête sur le lac tandis que Julie, la shérif, découvre un premier corps dévoré… La journée va être d’autant plus longue pour elle que Jake, son fils, a délaissé la garde de ses jeunes frères et soeurs pour servir de guide à bord du bâteau des sexy Wild Wild Girls !

Piranha 3D appartient à ce genre de films de plus en plus rares : c’est un film honnête.

Alexandra Aja nous promettait des seins et du sang sur l’affiche, et force est de constater qu’il tient ses promesses. La cerise sur la gâteau, c’est que le film est fun. Pas seulement à cause des multiples morts et démembrements bien créatifs que ces saletés de poissons font subir aux baigneurs. Piranha 3D est fun parce qu’il joue avec notre culture cinéphile. Dès les premières images, Aja fait du spectateur un complice du spectacle qui va suivre, en l’impliquant grâce à une série de références judicieusement choisies.
En convoquant les figures d’un passé glorieux que sont Richard Dreyfuss ou Christopher Lloyd, le réalisateur nous ramène directement à cette période où l’on faisait du cinéma de divertissement de qualité, où l’on pouvait mixer gore, humour et aventure, où l’on n’avait pas encore compartimenté les genres aux extrêmes d’aujourd’hui.

Piranha 3D est très drôle et très gore à la fois. Il n’a pas lésiné sur le faux sang et la tripaille mais n’en a pas fait un spectacle premier degré insoutenable. Si vous y allez pour vous amuser, vous ne serez pas déçu. Si bien sûr vous ne supportez pas la vue du sang, vous êtes prévenus, le film n’est pas fait pour vous.

À noter d’ailleurs que l’élément aquatique n’est pas celui qui se prête le plus facilement au gore. Il arrive assez souvent qu’on se retrouve avec des plans où la caméra est simplement secouée devant une nuée de bulles rouges. Heureusement la créativité des situations compense avantageusement ces plans bouche trous. La réalisation dans son ensemble montre une fois plus s’il en était besoin qu’Aja maitrise parfaitement sa grammaire. Aussi avons nous droit à des gimmicks MTV bien tape à l’œil lorsque la caméra se balade entre les bateaux des jeunes fêtards, ambiance sprint break oblige.
On se croirait dans un clip de R’n’B lambda ou un Michael Bay. Mais dès qu’il s’agit de se concentrer sur le petit groupe de personnages menés par le shériff (impériale Elizabeth Shue), Aja s’adapte à son sujet et convoque les plus grands maîtres en s’offrant des rappels visuels aux Dents de la Mer. Les quelques plans d’ouverture sur le désert de l’Arizona nous ramène à La Colline a des yeux et c’est un bonheur de retrouver cette photo si léchée. Hélas le tournage sur un lac ne permet pas de soigner autant la photographie mais le film n’en reste pas moins propre : haut en couleurs et bien en chair (c’est le cas de le dire).

Un mot tout de même quant à la 3D. Le film a été initialement conçu en 3D mais le tournage a du se faire avec caméras 2D pour des raisons techniques. Le film a donc été post converti mais la 3D est peu agressive. Il y a du jaillissement mais rien d’aussi couillon qu’une pub Haribo, la 3D demeurant en définitive assez dispensable. On conseille tout de même d’aller le découvrir comme ça, et on ajoute que la VF recèle une excellente surprise.

Alexandre Aja nous comble donc avec ce petit bijou généreux, festif et même paillard (la meilleure scène du film ne contient aucune goutte de sang, c’est un ballet aquatique des plus…. charnels). Est-il amené à devenir culte ? Il lui manque peut-être une bonne dose de répliques à l’emporte pièce pour faire parfaitement l’affaire. Mais on ne boude pas son plaisir et on en a vraiment pour son argent.

– Basile

8 commentaires

  • cocole mercredi 25 août 2010 11 h 14 min

    Christopher Lloyd semble avoir un rôle génial de savant fou comme dans retour vers le futur. Je crois que je vais aller le voir, ça ne me fatiguera pas trop le cerveau :D

  • Antoine mercredi 25 août 2010 12 h 01 min

    D’habitude je ne suis pas fan de ce genre de films, mais s’il est fun et léger, je vais surement me laisser convaincre ;)

  • tonny stark mercredi 25 août 2010 15 h 13 min

    j ai adoré la colline a des yeux mais je n’ai pas vu mirrors et j’attends de voirce qu’il fera avec l’adaptation de COBRA , la bande annonce m’attire donc j’irais voir le film

  • kelso mercredi 25 août 2010 20 h 04 min

    Je suis très content de lire cette critique, que je trouve très bonne, car j avais entendu de bonnes choses sur ce film et avais très envie de le voir!
    Merci !

  • Kalel dimanche 29 août 2010 15 h 10 min

    Je rentre de l’avant-première et je dit banco, allez tous voir ce film !

  • Trackback: Piranha 3D, Alexandre Aja | Le blog de Nicolinux
  • Val’ samedi 4 septembre 2010 22 h 30 min

    La scène du ballet aquatique ? La meilleure scène du film ?
    Surement pas… J’ai trouvé ça d’un ridicule. Je suis venu pour voir un film avec des Boobs certes mais du fun pas une reprise de la pub Evian version porno.
    Bref j’ai beaucoup aimé et ma scène préféré reste celle de l’attaque des piranha à la fête. Longue et gore. :)

  • Trackback: CloneWeb » Sortie DVD et Blu-Ray : Piranha 3D

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.