La grosse sortie de ce mercredi, du moins en nombre de salles (environ 400), est le nouveau film du duo Liam Neeson – Jaume Collet Serra.

Même si je vous recommande d’aller d’abord voir The Voices de Marjane Satrapi, il y a fort à parier que vous serez attiré par le nouveau long métrage des mecs à l’origine du sympathique Non-Stop.

Je suis donc allé le voir pour tenter de répondre à la question que vous vous posez sûrement, à savoir “est-ce que ça bastonne sévèrement ?”.

 

LA CRITIQUE

Avec Night Run, Liam Neeson clôture une trilogie tournée avec Jaume Collet-Serra et commencée en 2011 par le pas très bon Sans Identité puis par le tout à fait regardable Non-Stop. Si le comédien joue toujours le même personnage depuis quelques films, y compris dans des trucs comme Taken ou Balade Entre les Tombes, Collet-Serra lui cherche systématiquement à faire très différent que ça soit à travers l’histoire ou dans sa mise en scène. Après le thriller tourné à l’étranger et le huis clos dans un avion, nous voici donc au coeur de la mafia irlandaise à New York. Après le toubib amnésique sachant finalement se battre, et le marshall alcoolique, bienvenue au tueur tout aussi porté sur la bouteille.

Cette fois, Neeson n’est pas à proprement parler un gentil même s’il est mû par des valeurs (notamment familiales) qui font de lui une personne de bonne tenue. Ancien bras armé d’un mafieux irlandais installé dans le Bronx, il se retrouve obligé de protéger son fils quand celui-ci voit le fils de son ancien boss commettre un meurtre. Pire, il va devoir le protéger quand son rejeton va tuer du chef de gang. Pendant une nuit à travers New York alors que le vrai méchant va déchainer les enfers pour les retrouver, malgré la vieille amitié qui les liait.

Vous n’avez pas tout compris ? Est-ce bien grave ? Après tout, vous allez vous déplacer en salle uniquement pour voir Liam Neeson tabasser du monde. La différence, c’est que le bougre n’est cette fois pas un flic, plutôt un mafieux qui se retrouve pourchassé par les siens (des Irlandais qui ont tous des noms finissant en Y). Ca ne l’empêche pas d’être, un peu comme dans Non Stop, sacrément porté sur la boutanche. Le reste est cousu de fil blanc : dès qu’on découvre que le meurtre a été filmé par un jeune témoin, on sait qu’il permettra aux héros de l’histoire d’être blanchis. On sait aussi, vu le plan sur lequel s’ouvre le film, comment il se terminera. A partir de là, on peut en avoir pour notre argent et toutes les ficelles pour lesquelles vous allez au cinéma voir Liam Nesson sont là : il est énervé, parle fort dans un téléphone, menace des gens, en prend plein la tronche et rend la pareille à ses adversaires.

On va quand même reproche à Jaume Collet-Serra de trop exposer ses personnages. La mise en place de la fameuse poursuite durant une nuit entière est longue à venir et la baston peut-être pas aussi généreuse qu’on pouvait l’espérer. Neeson est moins en mode Taken que d’habitude, ce qui est justifié par l’age du personnage. Le comédien serait-il d’ailleurs trop vieux pour ses conneries ? Ce n’est pas impossible, tant ça commence à sérieusement se voir qu’il joue le même personnage depuis quelques films. Heureusement pour lui, Joel Kinnaman est efficace en digne successeur de son père et Neeson peut s’offrir quelques jolis faces à face avec le toujours parfait Ed Harris.
Collet-Serra, lui, fait le job pour lequel il est payé, reprenant quelques idées de plans vus dans Non Stop (celui où la caméra sortait d’un hublot, se déplaçait le long de l’avion pour mieux y rentrer est repris plusieurs fois mais à l’échelle d’une ville) tout en cherchant à faire une nouvelle fois différent.

Mais au final, que restera-t-il de tout ça ? Pas grand chose à la sortie de la salle mais Night Run se laisse regarder. Et à l’image de se revoir “un bon vieux Schwarzy” des années 80, on reverra sans doute “un bon vieux Neeson” des années 2010 dans lequel il parle fort au téléphone et tabasse des gens quand Night Run ou Non Stop repasseront à la télévision, un dimanche soir pluvieux. Mais il faut maintenant que le comédien passe à autre chose.

 

Night Run (Run All Night) – Sortie le 11 mars 2015
Réalisé par Jaume Collet-Serra
Avec Liam Neeson, Ed Harris, Joel Kinnaman
A Brooklyn, Jimmy Conlon, mafieux et tueur à gages qu’on surnommait autrefois le Fossoyeur, n’est pas au mieux de sa forme. Ami de longue date du caïd Shawn Maguire, Jimmy, qui a aujourd’hui 55 ans, est hanté par ses crimes – et traqué par un inspecteur de police qui, depuis 30 ans, n’a jamais renoncé à l’appréhender. Et ces derniers temps, il semble que le whisky soit le seul réconfort de Jimmy.
Mais lorsqu’il apprend que sa prochaine mission consiste à éliminer Mike, son fils qu’il n’a pas revu depuis des années, Jimmy doit choisir entre la “famille” mafieuse qu’il s’est construite et la vraie famille qu’il a abandonnée il y a bien longtemps. Tandis que Mike est en cavale, Jimmy comprend que pour racheter ses fautes passées, il lui faut sans doute protéger son fils du sort funeste qui l’attend lui-même désormais… Alors qu’il n’est plus en sécurité nulle part, Jimmy ne dispose que d’une seule nuit pour résoudre son conflit de loyautés et s’amender enfin.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.