En cette fin d’année, Netflix joue la carte du film Noël. Entre The Holiday Calendar avec Kat Graham (l’actuelle voix d’April O’Neil), la Princesse de Chicago avec Vanessa Hudgens ou encore A Christmas Prince: The Royal Wedding, le portail vidéo met les petits plats du réveillon dans les grands.

Mais il faut aussi évoquer les Chroniques de Noël avec Kurt “Snake Plissken” dans le rôle de Santa.

 

LA CRITIQUE

Et si on parlait de films de Noël ?

Il y en a plusieurs catégories : ceux qui rappellent la fin d’année, de longues sagas comme Harry Potter ou le Seigneur des Anneaux et qu’on prend plaisir à redécouvrir chaque année chez soi, ceux qui se déroulent pendant les fêtes de fin d’années sans que ça soit le cœur du sujet comme Piège de Cristal, certains films de Shane Black (qui adore la période) Maman j’ai Raté l’Avion, Love Actually ou même les Gremlins. Et puis il y a ceux qui s’attaquent frontalement à Noël, qui évoquent les cadeaux, comme la Course aux Jouets,  ou qui donnent un rôle important au Père Noël.

Les Chroniques de Noël fait partie de cette dernière catégorie. Peut-être la plus facile. La plus cliché. Mais aussi la plus confortable. Le film de Clay Kaytis produit par Chris Colombus -qui en connait un rayon sur le sujet- se regarde à la lumière du sapin, sous un gros plaid, une tasse de chocolat chaud dans une main et des mandarines dans l’autre. Ambiance cocooning au maximum. On sait exactement comment l’intrigue va se terminer dès que le long métrage commence. Et pourtant, pourtant, on ne peut s’empêcher d’y trouver du plaisir.

On y suit une famille d’aujourd’hui. Deux jeunes enfants et une mère célibataire à la veille de Noël. Elle est évidemment infirmière et doit travailler. Ses gamins décident de filmer le Père Noël quand il amènera les cadeaux. Ils finissent alors sur le traineau du vieux barbu, qui a un accident. Ensemble, avec l’homme au manteau rouge, ils doivent retrouver les rênes et les cadeaux perdus. Sinon Noël sera foutu. Et comme on le disait on connait la fin. Évidemment, Noël aura bien lieu et les jeunes enfants auront droit à une belle leçon de vie au passage.

L’émotion est forcée. Leur père est décédé, il leur manque et a en même temps déchiré la famille. La réalisation signée Clay Kaytis, un ancien de chez Disney qui avait chapeauté le film Angry Birds avant de passer au live, est très quelconque. Et niveau humour, on est loin d’une petite perle comme Santa & Cie d’Alain Chabat avec lequel il partage quelques idées communes. Pourtant, il y a quelque chose qui fonctionne. Est-ce ça la magie de Noël ? The Christmas Chronicles est rythmé, efficace, et bien aidé par son ambiance de fin d’année. Et surtout, le film vaut le coup d’oeil pour Kurt Russell dans le rôle du Père Noël. A désormais 67 ans, le comédien prend un plaisir fou à conduire le traineau magique et à distribuer des cadeaux. Un numéro musical, où il reprend du Elvis accompagné par Little Steven & the Disciples of Soul est le point d’orgue de l’histoire.

Il faut prendre Les Chroniques de Noël pour ce qu’il est : un divertissement de fin d’année qui se regarde doucement, dans l’ambiance chaleureuse de la maison familiale, une histoire parfaite pour un 25 décembre après avoir ouvert les cadeaux au pied du sapin.

Les Chroniques de Noël, de Clay Kaytis – Sortie le 23 novembre 2018 sur Netflix

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.