Douze ans après la sortie de la Communauté de l’Anneau, la fin d’année est à nouveau marquée par un voyage en Terre du Milieu. C’est presque devenu une tradition, retourner voyager avec Peter Jackson en période de fêtes, affronter les files d’attente devant les cinémas dans le froid dans l’unique but de retrouver des créatures fantastiques.

Thorin, Bilbo, Gandalf, et les douze autres nains sont de retour, cette fois accompagné d’une vieille connaissance elfique, bien décidés à continuer le voyage commencé à la maison de Bilbo dans la Comté.

Un Voyage Inattendu était un film très réussi. Reste maintenant à savoir si Peter Jackson allait maintenir le rythme après tant de temps passé à filmer l’univers de Tolkien.

 

En juillet 2012, on apprenait que Le Hobbit serait découpé non pas en deux films comme prévu initialement mais en trois, un choix étrange quand on sait que le bouquin de J.R.R Tolkien ne fait pas trois cents pages mais toujours plus acceptable que l’envie un temps annoncée de faire un film pour adapter le livre et une histoire originale pour “faire le lien” avec le Seigneur des Anneaux.
Lorsque Un Voyage Inattendu est sorti, on s’inquiétait encore de ce problème de longueur, que Peter Jackson a balayé d’un revers de la main avec un long métrage aussi rythmé que dense.

Cette année, il persiste et signe. La Désolation de Smaug est un film magistral.

La première sensation, quand ce nouveau voyage s’ouvre d’une manière particulièrement inattendue (sur une scène en flashback et un célèbre mangeur de carotte), c’est celle de retrouver de vieilles connaissances et de voir qu’elles sont toujours en grande forme. L’histoire reprend là où elle s’était arrêtée, à une forêt près : accompagné d’un Hobbit recruté pour ses potentiels talents de cambrioleurs et d’un puissant magicien veillant sur sa contrée, treize nains font route vers la Montagne Solitaire avec un seul but en tête : rentrer à la maison. Pourchassés par Azog et sa bande d’orcs chevauchants des Wargs (souvenez-vous, ils avaient été averti par le Roi des Gobelins), ils vont devoir affronter de nombreuses péripéties avant de rejoindre leur foyer et le faire cette fois sans l’aide de Gandalf, devant partir pour d’autres missions.

L’histoire rompt donc avec assez vite avec le rythme du Voyage Inattendu (une embuche, un début de bagarre, Gandalf qui sauve tout le monde), ce qui va notamment nous permettre de découvrir le potentiel d’un personnage : Bilbo. Porté par un Martin Freeman décidément parfait, le petit Hobbit montre que l’expérience face à Gollum l’a fait grandir. Le joyeux fumeur de pipes observant la Comté depuis le banc de son jardin a fait place à un héros, un vrai, prêt à tout pour sauver ses amis et bien décidé à les aider à finaliser leur quête. A ses cotés, les treize nains conservent l’unité du premier film, avec un Thorin cette fois d’avantage en retrait par rapport à Bilbo. Seul Kili aura réellement droit à ses moments de gloire au cours de l’histoire.

Dans cette deuxième partie comme dans la première, Peter Jackson choisit une nouvelle fois d’adapter Le Hobbit de J.R.R Tolkien et s’empare du texte pour mieux le faire sien. Les modifications apportées au Seigneur des Anneaux (le film) étaient parfois gratuites voir injustifiées. Ici, le réalisateur et scénariste assisté de Fran Walsh, Philippa Boyens et Guillermo del Toro fait des choix, plus drastiques que les précédents et qui feront d’avantage grincer les dents des fans hardcores de l’écrivain britannique. Oui, Legolas (Orlando Bloom, ravi d’être là) est présent dans l’histoire et il est accompagné d’un personnage inventé, la capitaine de la garde Tauriel (Evangeline Lilly, impeccable et dont la prestation badass fait instantanément oublier Liv Tyler). Oui, leur rôle est aussi important que celui de l’orc Bolg qui prend la relève de son père Azog. Oui, on assistera à un très long final entre les nains et les Orcs sous la Montagne Solitaire. Oui, Gandalf va se retrouver à Dol Guldur face au Nécromancien dans un effroyable face à face.
Oui, Peter Jackson modifie les écrits de Tolkien mais il le fait uniquement dans le but de servir son histoire. Il trouve une audacieuse manière de faire parler les araignées comme dans le livre sans que ça soit ridicule et tout en restant raccord au Retour du Roi. Il justifie la présence des Orcs (sortis d’un chapeau dans le bouquin), les lie à la montée en puissance de celui qui deviendra Sauron et, non content de boucler l’arc narratif des nains en les ramenant à la maison, sème les graines d’une troisième volet. Des petits éléments par-ci par-là uniquement destinés à nous amener au climax final : la Bataille des Cinq Armées. Puis au Seigneur des Anneaux.
Certains choix sont moins audacieux : Beorn est peu présent mais il fallait bien l’introduire, Bard (Luke Evans, parfait) est très lourdement présenté comme le potentiel tueur de dragons. Quelques gros sabots marquent le récit d’empreintes que Jackson ne sait éviter, focalisé qu’il est à finir son histoire.

Mais cela n’enlève rien aux multiples qualités d’un film qui n’a aucune scène laissée au hasard et qui bénéficie d’un rythme encore plus haletant que son prédécesseur, notamment grâce à la fameuse scène de la fuite dans les tonneaux et au climax face au dragon d’une bonne demi heure. Et quel dragon ! Benedict Cumberbatch prend sa grosse voix pour mieux inquiéter puis effrayer. C’est une créature immense et dangereuse dont le face à face avec Bilbo -et les dialogues de Tolkien- est un bonheur de tous les instants.
Évidemment, tout cela mériterait d’être vu en HFR car Jackson a une nouvelle fois pensé son film en 48 images par secondes. Sa caméra virevolte dans les scènes d’action et offre une nouvelle fois de sublimes plans de Nouvelle Zélande. Après cinq films se déroulant en Terre du Milieu, le Neo-zélandais n’est pas blasé un seul instant. Howard Shore, lui, livre une partition honorable avec une mention particulière au thème de Tauriel. On regrettera cependant l’abandon du thème des nains du premier film, pourtant très réussi et qui aurait parfaitement eu sa place aux dernières lueurs du Jour de Durin.

Les 2h40 de la Désolation de Smaug se dégustent comme du petit lait, sans jamais voir le temps passer. C’est là que Peter Jackson choisit de terminer son film, de la façon la plus abrupte et la plus frustrante qui soit, à l’image d’un cliffhanger de série télé. La plupart des sagas se terminent toujours de manière plus ou moins joyeuse tout en laissant des choses en suspend, comme l’Empire Contre Attaque qui se finit sur un plan de Luke et Leia de dos, façon “happy end malgré tout”. Ici, la coupure est nette, inattendue et de nombreuses questions vont rester en suspend.

On n’a jamais été aussi impatient de voir la troisième partie d’un film aussi vite après la fin de la seconde. Il faudra malheureusement attendre toute une année pour une dernière histoire, un dernier aller-retour en Terre du Milieu.

 

Le Hobbit, La Désolation de Smaug – Sortie le 11 décembre 2013
Réalisé par Peter Jackson
Avec Benedict Cumberbatch, Martin Freeman, Richard Armitage
Les aventures de Bilbon Sacquet, paisible hobbit, qui sera entraîné, lui et une compagnie de Nains, par le magicien Gandalf pour récupérer le trésor détenu par le dragon Smaug. Au cours de ce périple, il mettra la main sur l’anneau de pouvoir que possédait Gollum…

3 commentaires

  • coolool mardi 10 décembre 2013 17 h 34 min

    Et dire que Gal “2D” Gadot a été choisit pour Wonder Woman alors que vous avez une Evangeline Lilly qui se bat comme c’est pas permis ici. Moi ça me…

  • Dantès jeudi 12 décembre 2013 20 h 15 min

    ATTENTION SPOILERS !!!

    Pour ma part j’ai été hyper déçu du film : beaucoup, beaucoup trop de passage ajoutés. Trop de chapitre survolés.

    Beorn dure 2 sec, la foret noire est tres rapidement traversée pour se concentré sur du brassage de vent. C’est vraiment triste.

    Par contre Bilbo est toujours aussi excellent, et Smaug vaut le detour !!!

    En fait c’est pas compliqué : le bouquin est massacré (sauf Smaug), les ajouts des appendices sont super (Dol Dulgur, la tombe des 9, le nécromancien, j’adore ! ) et les ajouts inventés sont nuls à chier.

    Ca brasse du vent tout le temps, ca plagie le SDA à tire l’arigot, Tauriel est à baffer, elle est totalement inutile !!! Kili+Tauriel = Aragorn + Arwen.

    Kili qui se prend un flèche façon “Mont Venteux”. Le poison de morgul ne devrait pas être présent sur les flèches car c’est une ancienne magie.

    Tranduil est ultra maniéré !!! Et la baston dans Erebor est naze, pas crédible et chiante. J’ai peur pour le 3 !

    Et si t’as pas compris que Bard (Legolas en brun avec une moustache) va tuer Smaug, vraiment t’as un QI de bulot…

    Bref, un film qui surf sur la vague de “je te prend pour un débile, donnes moi ton argent”.

    Moi qui suis un grand fan du SDA et qui avait adoré An Unexpected Journey, ça m’a fait l’effet d’une trahison.

  • Grunorkt mercredi 8 janvier 2014 11 h 42 min

    Je ne comprends pas… Comment peux-t-on autant s’extasier devant un film aussi raté ?

    Il y a de très bonnes choses dans ce film (la fuite en tonneau, Smaug) mais il y a de gros manques. Le rythme n’est pas dynamique, il est bordélique : les séquences s’enchaînent comme des clips. Les effets spéciaux ne sont pas parfaits : autant Smaug et le ciel au-dessus de la forêt noire sont franchement bien faits, autant d’autres scènes sont bâclées. Et que dire des passages dans la rivière filmée avec ce qui semble être une GoPro ? L’étalonnage entre les plans RED EPIC et GoPro est mauvais et fait sortir du film. Et que dire de ce cliffhanger déroutant digne d’un mauvais téléfilm ? 2h41 pour n’y voir aucune résolution concrète ? Et enfin, cette chanson de générique, “I See Fire”, qui ne colle pas à l’univers mais irait bien à Twilight…

    Sérieusement, je ne comprends pas… Comment peux-t-on s’extasier devant ce film qui ne correspond en rien à ce que Jackson nous livre habituellement ? On sait très bien que la Warner a imposé à Jackson une trilogie et ça se voit très clairement à l’écran : ce n’est pas un film de Jackson mais de la Warner.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.