En 1993, Steven Spielberg faisait cohabiter des humains et des dinosaures sur une île au large du Costa Rica comme on ne l’avait jamais vu auparavant et émerveillait une génération de spectateurs.

Plus de vingt ans plus tard, les dinosaures reviennent. Mais nous ne sommes plus dans les années 90, on ne pense plus un film de la même manière et la franchise est devenue celle d’un studio et non plus la marque d’un auteur…

 

LA CRITIQUE

Succéder à Jurassic Park est une tâche impossible. Autant chercher un nouvel acteur pour Indiana Jones ou faire une suite à Retour vers le Futur. Le film de Steven Spielberg sorti en 1993 a marqué plus que sa génération. Pour beaucoup, il s’agit du premier film qu’ils ont vu au cinéma. Pour d’autres, c’est une avancée colossale en matière d’images de synthèses. Et pour tous, c’est une grande aventure inégalée maitrisée aussi bien par son réalisateur que par le compositeur de sa bande originale. Deux suites ont quand même vu le jour et même Spielberg lui-même s’y est cassé les dents, ne parvenant pas à retrouver la fougue de son premier opus.

Arrive maintenant Jurassic World, porté par un réalisateur qui n’a qu’un petit passif, un nouveau casting et la volonté manifeste d’un studio de prolonger sa lucrative franchise. On n’en attendait strictement rien mais ce quatrième volet ne peut s’empêcher d’être une bonne surprise. A défaut d’être un chef d’oeuvre, c’est au moins un solide divertissement.

Prenez le scénario du premier film, à savoir les enfants du directeur du parc en visite, quelques embuches, un peu de recherche scientifique et un environnement qui part en sucette avec des dinosaures géants qui bouffent des gens et vous aurez une idée de ce que raconte Jurassic World. A ceci près que les enfants sont cette fois les neveux de la directrice et … que le parc est ouvert. Comme nous sommes à l’ère du blockbuster 2010, il faut ajouter un héros charismatique (Chris Pratt, parfait pour ça) préférant la nature au profit, un méchant de chez InGen (Vincent “Le Caïd” d’Onofrio) et un coté “bigger, louder, stronger” procuré par le fait que le parc soit justement ouvert.

Jurassic World, contrairement aux deux précédents volets, ressemble donc à son ainé. Dans les grandes lignes seulement puisqu’il n’est pas sans défauts d’écriture. Et même si Colin Trevorrow fait un boulot honorable de mise en scène, il n’est pas Spielberg. Il est donc obligé de nous proposer une très (trop) longue mise en place de l’intrigue pour bien tout nous expliquer par des tunnels de dialogue quand un Steven se contente de quelques superbes scènes et de faire passer son message par l’image. Il n’y a pourtant pas tant de choses à expliquer mais il est manifestement important pour le réalisateur d’en donner le détail : la menace est donc un dinosaure hybride, créé génétiquement pour satisfaire les investisseurs.

Cette nouvelle création est dans la lignée de ce qui avait été mis en place. Tant qu’à jouer avec les chromosomes des dinosaures, pourquoi ne pas en faire plus ? De la même manière, tous les passages évoquant des raptors “domestiqués” fonctionnent correctement. Il n’est en effet pas question d’une armée de dinosaures répondant aux ordres du personnage de Chris Pratt, c’est plus subtil que ça et bien ammené. Après tout, la domestication animale a toujours existé alors pourquoi ne pas continuer sur des dinos, d’autant qu’il y avait déjà eu une tentative (très maladroite, certes) dans le film de Joe Johnston ?

Le film n’est pas sans défaut de scénario comme évoqué plus haut. Les enfants ne sont vraiment là que pour justifier l’esprit des précédents volets et le personnage de Vincent d’Onofrio -surtout présent pour introduire une suite potentielle- pourrait être totalement coupé au montage qu’on en sentirait pas la différence.

Néanmoins ce nouveau Parc Jurassique ne peut s’empêcher d’être bon une fois que les dinosaures sont lachés dans le parc. Chris Pratt et sa comparse Bryce Dallas Howard forment un duo efficace et les différentes scènes d’action impliquant des dinosaures tiennent la route. Le dernier acte, quand les créatures atteignent les parties de l’ile peuplée de visiteurs est particulièrement haletant et ponctué de surprises bien trouvées, et parfaitement cohérente avec ce que l’univers avait déjà proposé jusque là. Ajoutez à cela le boulot d’un Michael Giacchino particulièrement en forme et vous aurez de quoi passer deux bonnes heures.

Succéder à Jurassic Park est une tâche impossible et ce nouveau volet ne lui parvient même pas à la cheville. Néanmoins, Colin Trevorrow parvient à faire mieux que Joe Johnston et n’a pas la prétention de vouloir rivaliser avec le Maitre Steven Spielberg. Même si son film a les défauts typiques d’un blockbuster des années 2010 il se regarde avec un certain plaisir. Le même qui vous fait kiffer un Fast and Furious ou un Gardiens de la Galaxie, ce qui n’est déjà pas si mal.

2 commentaires

  • t-rex mardi 9 juin 2015 14 h 02 min

    j’espère revoir le tyrannosaure rex dans jurassic park 4 : jurassic world et avec plus de présence que la courte apparition avec le spinosaure minime dans jurassic park /// et que le retour du tyrannosaure rex se joindre pour bouffer lui aussi pleins de visiteurs , et comme avec les vélociraptors et la principale menace de ce film qui est l’indominus rex inventé et les ptéranodons et les dimorphodons et pour l’eau si les gens tombe dans le grand bassin , le mosasaure bouffera par l’eau et envahissent l’ile de isla nublar et au cœur meme du grand parc d’attraction jurassique futuriste tout nouveau pour que les gens visitent le parc venus du monde entier plus de 20 000 visiteurs qui est une première dans l’histoire de jurassic park enfin , le réve de john Hammond va enfin se réalisé , malgré décédé pour son hommage et son acteur .

  • Pinkman.J jeudi 18 juin 2015 12 h 49 min

    J’ai adoré perso.

    Oui bon, il y a des choses con con, comme l’intrique qui prend beaucoup de raccourcie (mais ca ne m’a aucunement gêner), mais vu que c’était bien foutue notamment pour le nouveau Dino…j’y ai vu aucun soucie.

    Ensuite, les perso dont je n’ai pas accrocher sont les 2 frangins (surtout le plus vieux…il a déja une copine mais bave déja sur d’autres….les hormones n’excuse pas tout), et le plus jeune…bah il fait le taf, mais aucun charisme…(pas comme Lex et Tim excellent), je pense que ca joue beaucoup la direction d’acteur…faut pas oublier que Trevorrow n’a fait qu’un film…et la c’est sont DEUXIÈME GROS film.

    Est le “méchant”, du film…qui reste le méchant “basique”, du vilain militaire…le scénar et la direction d’acting ne doivent pas aider (pourtant D’Onofrio est excellent acteur), enfaîte ont le ressent un peux tous dans le mêmes cas pour les autres perso (mais les autres pour moi, passe encore), il y a un réel manque de direction d’acteur (en meme temps Spielberg pourrait faire jouer le plus mauvais des acteur, et le rendre crédible…alors quand il en a qui sont excellent).

    Le geek….moui bon, il a quel que bonne réplique, mais bon…on va passer hein, pas catastrophique pour autant…mais oui, on passe.

    Pour l’acteur principal, est bien j’avais entendu ici ou la qu’il était ou soit mauvais…ou bof, bah désoler mais perso vraiment bon. Oui certes sa joue un peux sur le cliché du “soldat”, mais je l’ai trouver “juste”, tout le film, il a de sacré moment…et quand il faut étre sérieux, il sait imposer tout de suite. Bref pas compris ce bashing autour de lui…mais passons (peut étre que sont rôle de Star Lord était tellement marquant et fort que maintenant…on a du mal a l’en détacher…je sais pas)!

    Pour Bryce Dallas Howard ca était une bonne surprise, je m’attendais a un perso qui me tape sur les nerd, mais yep bien sympa enfaîte (bon sa coupe de playmobile…je peux pas par contre hihihihi ). Est le duo avec Pratt fonctionne plutôt bien (meme si c’est pas la folie non plus, mais ils font le job vraiment bien)!

    Ensuite la réal du film, j’ai trouver ca trés bien foutue (encore une fois, le mec entame sont 2éme films…et QUEL film), une mise en scène certes un peux trop classique (quoi que, pas mal d’idée ici et la durant le film), mais je préfère une réal qui n’en fait pas de trop, plutôt que certain de la nouvelle génération qui en font de trop, et voila que je secoue a fond ma caméra “trop cool sa fait réaliste”….non ca ne le fait pas, et c’est juste a chier. Est d’autres qui pète plus haut que leur cul, la pour le coup, elle reste sobre, mais sait imposer quand il faut balancer la sauce.

    Il y a aussi l’intrigue avec les Raptors que j’ai juste KIFFER, j’ai trouver ca bien plus subtil que j’aurais crue, et surtout fait avec beaucoup de soins (puis franchement…j’ai vraiment fondue pour Blue quoi, ca ne m’avais plus fait ca depuis Dragons jaime ).

    La musique est vraiment SPLENDIDE, tout simplement. Bon au début du film, j’ai trouver qu’il la gérer un peux mal, et la coller dans n’importe quoi…mais franchement, pas de quoi fouetter un chat (dire que certain le bash juste pour ca), et ca devient excellent par la suite.

    Quand au CGI du film, je peut comprendre que ca divise. Pour moi c’est vraiment impressionnant, j’ai aimée le rendu, les couleur, bref je trouve que le film va dans la démesure (comme le thème du film), et perso j’en ai eu pour mon argent (il ont vraiment dépenser sans compter). Ensuite quel que textures de FX ne sont pas top top pour certain plans…mais clairement ont a pas a bouder devant cet telle démesure ( a part si c’est pas notre came).

    Oui certain scène plus calme manque, comme le premier. Mais je dirait aussi que c’est un des atout du film, personnellement je me suis pas emmerder pendant 2h…tout le contraire, j’avais même envie d’en voir toujours plus Cool .

    Quand au scènes d’action, j’ai adoré saut , dommage qu’on ne voit pas plus L’indominus en
    Spoiler:
    mode camouflage
    , vraiment excellent. Puis les 20 dernière minutes du film….EPICCCCCCCCC japrouvecbien japrouvecbien.

    Alors oui certain vont trouver sa débilos, que ca va trop loin…mais bordel, si ont aurait TOUS vu ca a 6 ou 15 ans ont aurait tous exploser. Et la j’était comme un gosse dans le film, d’ailleurs tout le film en général j’était comme un gosse, est c’est une des plus grandes forces du film, m’avoir fait redevenu un gosse pendant 2h, non plus pour étre paléontologue…mais dresseur de Raptor (encore plus cool non Genial ).

    En bref, de l’aventure avec un grand A, de l’action, de l’humour, du suspens, de la romance, bref UN grand film d’été qui fait un bien fous. Est un trés bon volet Jurassic…même si il s’éloigne de l’esprit (a jamais dans nos cœur), du premier, ce nouveau volet ne fait qu’ouvrir une toute nouvelle version de la saga, qui pousse a sont paroxysme le premier film…sans doute trop, mais fait avec beaucoup d’amour et de générosité.

    Ps: les clin d’œil au premier film ne m’ont aucunement déranger….j’ai meme apprécier beaucoup d’entre eux.

    4/5

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.