Trois ans après avoir raconté les vacances d’une famille américaine bien sous tout rapport, John Francis Daley et Jonathan Goldstein reviennent à la réalisation avec Game Night, où ils mettent en scène des couples bien sous tout rapport.

Les deux scénaristes de Spider-Man Homecoming et Comment Tuer Son Boss mettent cette fois en scène Jason Bateman, Rachel McAdams, Kyle Chandler ou encore Jesse Plemons.

 

LA CRITIQUE

Qui n’a jamais participé à une soirée jeux ? Des amis, de l’alcool avec modération ou pas, et tout un tas de jeux de sociétés. Des simples cartes aux jeux de rôles en passant par des jeux de plateaux tous plus ou moins compliqués et des choses à grignoter. Et si la réalité prenait pas sur l’imagination, si le jeu vous rattrapait et que tout partait en sucette ? C’est le postulat de départ du sympathique Game Night, réalisé par John Francis Daley et Jonathan Goldstein.

Les héros de notre histoire -trois couples- vont se faire rattraper par la réalité quand le frère de l’un d’entre eux va organiser une de ces fameuses soirées et la transformers en murder party. Il va annonce se faire enlever et les participants vont devoir le retrouver. Sauf que l’enlèvement en question ne sera pas celui qu’il a prévu mais bien et bien un véritable kidnapping par de vrais méchants qui lui en veulent vraiment. Et sans savoir où ils mettent vraiment les pieds, les trois couples vont tenter de retrouver le disparu.

On peut penser à Jumanji sans l’aspect fantastique à la lecture de ce pitch mais c’est plutôt du coté de The Game, l’excellent film de David Fincher avec Michael Douglas qu’il faut se tourner, tant tout le premier acte semble s’en inspirer. Quelques belles idées s’ajoutent au concept, comme le fait de séparer les trois couples pour que chacun puisse résoudre le kidnapping à sa manière : l’un en suivant le jeu d’énigmes prévu, l’autre en suivant les ravisseurs et le troisième en cherchant à tricher. Chacun va donc se rendre compte qu’ils sont face à un vrai danger à différents moments, et les scénaristes vont en jouer. Les deux héros principaux, Jason Bateman et Rachel McAdams, vont longtemps se croire dans la partie et se moquer des ravisseurs sans se dire qu’ils sont face à un vrai danger.

Le récit va finir par basculer dans le vrai thriller. On pourrait alors croire que le concept à la Fincher est abandonné (plutôt rapidement d’ailleurs) mais Daley Goldstein vont continuellement revenir à des jeux. Ainsi une scène, par ailleurs tournée en un long faux plan séquence, peut devenir une partie de ballon à travers toute une maison. Ou les héros, pourtant en pleine enquête, peuvent se retrouver à devoir assurer une partie de Jenga. L’idée d’inclure des jeux dans un récit se voulant pleinement réaliste est donc belle et bien conservée jusqu’au bout, jusqu’à quelques détails se retrouvant dans la mise en scène.

Classé R aux USA, Game Night se veut un peu trash. Quelques scènes sanglantes, des dialogues sans retenue, un peu de jumpscare et globalement peu de retenue pour nous faire marrer, puisque le film est bel et bien une comédie, marquée par des personnages débiles et des situations ubuesques. Une comédie qui aurait peut-être d’avantage dû profiter de sa classification pour aller plus loin. On sent que les deux réalisateurs ont levé le pied à plusieurs moments, se rappelant qu’ils étaient devant une comédie se voulant la plus familiale possible. On passé néanmoins un bon moment.

Game Night, de John Francis Daley et Jonathan Goldstein – Sortie le 19 avril 2018

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.