Aux Etats Unis, pour promouvoir l’armée américaine et susciter des vocations, il y a eu World Invasion Battle Los Angeles.

En France, les films de militaires sont bien rares voir inexistants. Alors quand Stéphane Rybojad, grand reporter spécialiste de l’armée, commence à monter un projet, on se dit que ça pourrait être intéressant. Et le déballage de moyens montré dans la bande annonce ne peut faire qu’envie.

Pas sûr pour autant que le résultat soit à la hauteur…

 

 

Forces Spéciales – Sortie le 2 novembre
Réalisé par Stephane Rybojad
Avec Diane Kruger, Djimon Hounsou, Benoît Magimel
Afghanistan. Elsa Casanova, grand reporter, est prise en otage par les talibans. Devant l’imminence de son exécution, une unité des Forces Spéciales est envoyée pour la libérer. Dans des paysages à la fois hostiles et magnifiques, une poursuite impitoyable s’engage alors entre ses ex-ravisseurs qui n’entendent pas laisser leur proie leur échapper et ce groupe de soldats qui, au péril de leur vie, n’ont qu’un objectif : la ramener vivante. Entre cette femme de caractère et ces hommes de devoir, contraints d’affronter ensemble les pires dangers, vont se nouer des liens affectifs, violents, intimes…

 

Sur le papier, Forces Spéciales a tout pour plaire aux amateurs de films impliquant une bande de militaires en missions. Un pitch classique mais sans doute efficace, le soutien de l’armée française pour apporter de la logistique et aux commandes un grand reporter spécialiste de sujet. Vers quoi le film allait-il alors lorgner ? Plutôt vers Navy Seals ou carrément vers la première partie de l’immense Predator ?

Forces Spéciales, en réalité, ne lorgne vers pas grand chose.

Dès la scène d’intro et sa grosse musique tapageuse masquant les bruits extérieurs, on sait que quelque chose ne va pas. L’armée française a manifestement ouvert ses portes en grand à Stéphane Rybojad : matériel militaire ultra high-tech, nombreux hélicoptères dont certains ont manifestement servi pour filmer. On a même droit à une apparition du fameux porte-avions Charles de Gaulle pour bien évoquer la toute puissance de l’armée française. Malheureusement, ça ne suffit pas à faire un film.

Forces Spéciales commence donc dans la facilité avec une histoire simple pour s’enliser dedans. Le personnage de Diane Kruger, enlevé par les Talibans, est en effet bien vite sauvé. Malheureusement pour eux, ces supers militaires surentrainés, ces presque surhommes qui protègent notre beau pays vont perdre tous moyens de communication : radio, émetteurs, téléphones éventuels. Tout. Et ils se retrouveront comme des cons au milieu de rien.

Et c’est à partir de là, que le film, déjà pas bien glorieux, va s’enfoncer dans le n’importe quoi, à commencer par la mise en scène et le montage. Rybojad enchaine les plans de quelques secondes seulement, et bricole entre caméra portée et grands plans larges, entre effets clipesques et zooms sortant de reportages télé. Et quand le réalisateur trouve une idée, il la multiplie, à commencer par le fondu au noir, surexploité sur tout le dernier tiers du film. On ne parlera pas du montage incohérent et contenant des scènes sorties de n’importe où (comme par exemple Tcheky Karyo, amiral cherchant ses troupes, qui se réveille en sursaut sur son bateau au milieu de la nuit pour … strictement rien).
Les scènes d’actions censées sauver le spectateur de l’ennui n’ont pas non plus de sens. Tactiquement à l’ouest, on ne voit que très rarement l’attaquant face à son ennemi. Le réalisateur préfère faire tirer ses militaires face caméra pour ensuite montrer des hommes en djellabas s’effondrer. Ponctués par quelques ralentis pour montrer des Talibans sauter des barrières, on a parfois plus l’impression d’être devant le sketch des Nuls Royal Rabbin qu’autre chose.

Peut-être alors pourrait-on se raccrocher au jeu des acteurs ? On pourrait peut-être effectivement, sans doute du coté de Diane Kruger qui fait son boulot. Ou alors sur le cameo de Morjana Alaoui, toujours sympathique. Mais tous ces pauvres comédiens sont largement desservis par d’insipides dialogues qui même au second ou au troisième degré ne sont ni bien écrits ni même drôles. De fait, dans leur long périple à travers les montagnes, ils vont traverser suffisamment d’embuches pour mourir les uns après les autres. De l’autre coté de l’écran, le spectateur n’en aura strictement rien à secouer. Au pire, il se contentera d’un rire nerveux quand arriveront les dernières et rocambolesques péripéties (le dernier soldat en état de marche se brisant une jambe dans un éboulement sorti de n’importe où, pour qu’il ne reste vraiment plus personne.

Vous l’aurez compris : il n’y a strictement rien à sauver de Forces Spéciales. Le film est vraiment trop mal écrit, mal monté, avec d’insipides dialogues pour qu’on n’y trouve pas une once d’intérêt. Peut-être que les fans de l’Armée de Terre y trouveront des passages intéressants mais on ne peut même pas penser que le film est une publicité destinée à favoriser des vocations quand on voit comment sont les personnages et comment ils terminent.

1 commentaire

  • Arnold38Cinema samedi 5 novembre 2011 12 h 51 min

    Pour ma part c’est une très bonne surprise surtout pour un film français, globalement le film se fait descendre par tout le monde mais y a un contraste avec ce que pense les spectateurs en général
    Bref en allant voir ce genre de film on sait à quoi s’attendre et je ne me suis pas senti arnaqué sur la marchandise ! Les scènes d’actions sont prenante, la partie fuite/survie du film est également réussi, et Diane Kruger est une super actrice

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.