De temps en temps, quand un distributeur croit assez en un film ne passant pas par la case cinéma, il organise une projection pour nous permettre de vous en parler.

C’était le cas de Far Away ou même de Kill the Gringo. Le film n’a pas le potentiel de remplir des salles dans l’hexagone mais il est censé être suffisant bien gaulé pour se vendre en DVD. Donc on monte une petite projection, évènement souvent plus encourageant que de se taper seul chez soi un DVD de test.

C’est aussi le cas de Demain Quand la Guerre a Commencé, sorte de film de guerre à la Aube Rouge mais mélangé à de la sauce Twilight.

 

 

En Août, pour Far Away, souvenez-vous, on vous parlait du marché du Direct To DVD où on vous expliquait qu’entre les bouses, on avait des films qui n’avaient simplement pas le public en France. Demain, quand la guerre a commencé subit également le sort d’un direct to DVD. Et force est de constater qu’il ne fait pas partie de la deuxième catégorie des Direct To DVD mais plutôt de la première, puisque c’est très très médiocre.

Adapté du premier tome d’une série de neuf livres, Demain, Quand la guerre a commencé raconte l’histoire d’une bande de copains parti dans la cambrousse australienne pour un week-end en camping, et coupé du monde -évidemment-. En revenant dans leur ville, ils découvrent leurs maisons vides et pour cause… C’est la guerre.

A partir de ce constat on a un déroulement de l’histoire vu environ un milliard de fois un peu partout : le groupe de jeunes, représenté par toutes les minorités possibles, façon Bus Magique, a peur, puis décide de prendre les armes. Il y a évidemment la forte tête, l’intello, le blagueur, le peureux et j’en passe. Les méchants sont très méchants, asiatiques, les gentils sont très gentils, et tout le monde est complètement teubé.
Les réactions des personnages, aussi bien que des soldats sont absolument aberrantes. Un exemple simple : le seul accès à la ville est un pont. Ce dit pont est protégé par deux soldats, et personne aux alentours et personne n’en profite. Deuxième exemple, le petit groupe décide d’aller voir ce qui se passe de plus prêt dans la prison, comme ça, sans arme, et à trois. Evidemment, ça fini pas très bien.
Inutile également de parler du développement de ces personnages, le macho qui se révèle une grosse flipette, la petite catho qui fini par flinguer tout le monde façon Expendables, le mec qui risque sa vie pour son chien, le coincé qui se tape la bonasse, la meilleure amie qui meurt et son pote qui finit enfin par lui avouer ses sentiments…

Plus que de la nullité, c’est surtout un véritable exercice de fainéantise. Stuart Beattie, scénariste de pleins de choses, dont Pirates des Caraïbes, Collateral et GI Joe fourni encore moins que le minimum syndicale en réalisant son premier film.
Si le budget semble misérable, la réalisation l’est tout autant. Digne d’un épisode de Camping Paradis de TF1, rien, absolument rien ne vaut le coup d’oeil. Les effets spéciaux sont minables, les scènes d’actions épouvantables, on s’ennuie fermement et ce simili Hunger Games est un poil relevé par le jeu de l’actrice principal qui y croit dur comme fer. Dommage, pas nous.

Ici rien n’est crédible, la seule chose qu’on veut, c’est d’éteindre la télé.

 

Demain, quand la guerre a commencé – Sortie en DVD le 19 novembre 2012
Réalisé par Stuart Beattie
Avec Caitlin Stasey, Rachel Hurd-Wood, Lincoln Lewis
Un groupe d’adolescents partis en camping découvrent à leur retour que leur pays a été envahi par une armée étrangère. Face à cet ennemi de l’ombre ils décident de prendre les armes. Pour eux, leur guerre vient de commencer…

3 commentaires

  • Broack Dincht vendredi 23 novembre 2012 23 h 23 min

    ça fait peur effectivement.

    Moi en direct-to-dvd, je retiens surtout Super, un des meilleurs films de l’année. J’avais hésité à investir dedans, mais je ne regrette pas. Merci Cloneweb d’en avoir parlé

  • melody dimanche 20 janvier 2013 18 h 40 min

    bonjour trés bon film je le conseillerai mais je voulais s’avoir si il y avais une suite le film ce fini que je voulais voir ce qui allé ce passer

  • LUDIX dimanche 3 mars 2013 23 h 54 min

    Le film ressemble beaucoup au livre, mais manque de détails, le script n’est pas top, cependant il reste pas trop mal à voir en famille avec un public d’environ 15/16 ans. Il y aura une suite à cette série puisque deux autres films sont prévus pour clore cette trilogie. Les livres sont mieux que le film, je vous les conseils. Ciao

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.