Les sorties de mercredi prochain seront nombreuses : le film d’Alexandre Astier, Moi Député avec Will Ferrell, le longuement repoussé Margaret avec Anna Paquin et surtout l’indispensable Les Enfants Loups Ame & Yuki.

Au milieu sortira plus discrètement une comédie dramatique réalisée par Todd Solondz avec notamment Selma Blair, Mia Farrow et Christopher Walken traitant d’un trentenaire qui n’arrive pas à sortir de l’adolescence.

Ca s’appelle Dark Horse.

 

 

Dark Horse – Sortie le 29 août
Réalisé par Todd Solondz
Avec Jordan Gelber, Selma Blair, Justin Barth
Abe, la trentaine, s’accroche à son adolescence et notamment à la collection de jouets qui décore sa chambre. Il vit toujours chez ses parents, travaille pour son père qui le considère comme un loser et passe ses soirées à jouer avec sa mère au backgammon.
Lorsqu’Abe rencontre Miranda, trentenaire déprimée revenue vivre chez ses parents, il entrevoit la possibilité d’une grande histoire d’amour et parvient à la convaincre de l’épouser.
Alors que le couple prépare cette nouvelle vie, Abe est en proie au doute et au manque de confiance en lui qui le minent depuis l’enfance.

 

Rien à voir avec l’éditeur de comics du même nom ni même avec un film sur le cheval. Dark Horse est le nouveau long métrage de Todd Solondz, réalisateur qui tourne peu mais à qui l’on doit notamment Life during Wartime en 2009 ou Bienvenue dans l’Age Ingrat en 1995.
Dark horse n’a pas de traduction française directe mais signifie un autre terme anglais : outsider, celui qu’on met sur le banc de touche, celui qui n’a pas beaucoup de camarades à l’école. Vous voyez le topo ?

Jordan Gelber, acteur de séries dont c’est le premier vrai grand rôle à l’écran (il incarnait néanmoins le blogueur critique Harry Knowles dans Fanboys), est un outsider. Le trentaine, il vit encore chez ses parents et n’est pas sorti de l’adolescence, sa chambre débordant de posters d’époque et de jouets collectors. Il ne fait pas grand chose, à part jouer de l’argent avec sa mère au backgammon. Quand il rencontre Miranda, sa vie va se retrouver chamboulée puisqu’elle est la femme de sa vie. Déprimée, elle va accepter de l’épouser et tout va basculer.

Dark Horse a un brillant casting. Jordan Gebler, dont la ressemblance physique avec Jonah Hill est marquée, porte le film et est entouré par de brillants acteurs. Selma Blair avait déjà eu l’occasion par le passé, notamment dans Hellboy, de prouver qu’elle joue très bien les dépressives. Quand à Mia Farrow et Christopher Walker, surtout, dans le rôle des parents, ils s’en donnent à coeur joie.

Avec ses personnages donc très marqué et ses premières scènes, le film a toutes les allures d’une comédie. On découvre en effet dès les premières scènes le personage de Gebler surfant sur eBay au boulot en quête d’une figurine Cosmocats rare. Le récit est en plus ponctué de rêves dans lequel il fantasme une relation avec la secrétaire de son père, personnage qui fera office de Jiminy Cricket. On pourrait donc s’amuser devant Dark Horse dont de nombreuses scènes font sourire.
Pourtant, sans qu’on s’y attende vraiment, le film va virer au drame et s’enfoncer dans la noirceur. Fallait-il en faire autant ? Au final, le réalisateur livre une vision de ces outsiders vraiment particulière puisqu’il commence par une caricature gentillette et réaliste mais finit par dire qu’il n’y a pas d’issue. C’est peut être une tentative d’humour noir, mais ce n’est pas garanti que tout le monde le prenne comme tel, et du coup, le ressenti n’en est que plus bizarre.

Finalement, le seul reproche qu’on pourra faire au film, c’est bien d’avoir le cul entre deux chaises et de commencer dans l’humour pour finir quelque part où on ne l’attendait pas.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.