Si vous n’aimez pas les robots géants, l’autre film à voir cette semaine est la dernière réalisation des metteurs en scène de Little Miss Sunshine : Battle of the Sexes.

Peut-être que, si vous dépassez la quarantaine, vous vous souvenez de ce match de tennis d’exhibition où, chose rare dans ce milieu, un homme a affronté une femme ? C’était le 20 septembre 1973…

 

LA CRITIQUE

Jonathan Dayton et Valerie Faris se sont fait remarquer il y a plus de dix ans grâce à l’excellent Little Miss Sunshine avec (déjà) Steve Carrell et Abigail Breslin vue depuis dans Scream Queens ou encore aux coté d’Arnold Schwarzenegger dans Maggie. Les réalisateurs également scénaristes, qui ont tourné depuis Ruby Sparks, reviennent avec une jolie réussite, Battle of the Sexes, sur la joueuse de tennis Billie Jean King.

Billie Jean King était une incroyable joueuse de tennis qui a remporté plus d’une centaine de titres entre 1960 et 1983. Elle est aussi connue pour avoir affronté un homme lors d’un match d’exhibition. Bobby Riggs, ancien numéro mondial et gros macho, a cru qu’il pouvait battre la jeune femme sur un court et devant des caméras. C’est ce match qui s’est vraiment déroulé le 20 septembre 1973 qui est brillamment conté dans Battle of the Sexes.

Pour le face à face, Dayton et Faris ont fait appel à deux comédiens hors pair : Emma Stone, absolument bluffante dans le rôle principal et qui montre après La La Land sorti également cette année qu’elle peut tout jouer et le toujours très bon Steve Carrell. Pour assurer face à ce casting en or massif, des seconds qui tirent autant leur épingle du jeu dont (et surtout) Andrea Riseborough, la trop rare Elisabeth Shue et Bill Pullman pour ne citer qu’eux. Mais ils mériteraient tous d’être nommés tant tout le film tient sur ses acteurs.

Mais au lieu de se focaliser sur l’aspect sportif, c’est d’abord le parcours de l’héroïne qui a intéressé Jonathan Dayton et Valerie Faris, elle qui est montée au filet pour smasher le patriarcat en place, qui ne croyait qu’au tennis masculin et préférait les femmes en cuisine plutôt qu’une raquette à la main. Bille Jean King a bousculé l’establishement et les scénaristes en rajoutent une couche pour les spectateurs en dévoilant la très jolie relation qu’elle a eu avec une femme (Riseborough, envoutante) à une époque où c’était encore moins permis que le reste.

Sortant dans les salles alors que l’affaire Weinstein est encore bien présente dans toutes les têtes et qu’elle a servi à libérer la parole féminine face au harcèlement, Battle of the Sexes fait partie de ces films qui -à l’instar de la Forme de l’Eau- résonne fortement avec l’actualité. On retrouve dans cette histoire s’étant déroulée il y a quarante ans des thèmes encore brulants et qui ne sont pas près de s’éteindre.

Battle of the Sexes, de Jonathan Dayton et Valerie Faris – Sortie le 22 novembre

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.