Bradley Cooper était à Paris il y a quelques jours pour la promotion de son long métrage, rappelant en parlant que celui qui a fait ses études dans le sud de la France parle parfaitement la langue de Molière.

Il était de passage dans la capitale pour la promotion de sa première réalisation et pour lequel il partage une affiche inattendue avec Lady Gaga : A Star is Born.

 

LA CRITIQUE

Pour son premier long métrage en tant que réalisateur, Bradley Cooper a choisi le remake. A Star is Born est la version modernisée d’Une Etoile est Née, film de William A. Wellman sorti en 1937. Le film avait déjà été refait, en 1954 avec Judy Garland puis en 1976 avec Barbra Streisand et Kris Kristofferson. Le voici remis au gout du jour par Cooper avec Lady Gaga dans son premier rôle de cinéma, un projet casse-gueule dont les comédiens se sortent avec brio.

Le film s’ouvre sur la fin du concert de Jackson Maine, protagoniste principal, chanteur de country-rock sur le déclin, rappelant à la fois Neil Young et Eddie Vedder (excusez du peu). Alcoolique, il cherche à picoler sur la route qui l’amène à l’aéroport et il échoue dans un bar où chante justement Ally. Elle y interprète “La Vie en Rose” debout sur le bar où lui est accoudé. Le coup de foudre est immédiat. Ils passent la nuit à discuter. Et à la date suivante de la tournée, elle monte sur scène pour interpréter un titre qu’elle avait imaginé en sa compagnie, sur le parking d’un supermarché. La suite, vous l’imaginez, sera l’ascension et la chute, comme très souvent dans ce genre d’histoire.

Il y a quelque chose de très classique dans A Star is Born, une évidence quand on remake une grande histoire. Mais Bradley Cooper le fait avec brio et sincérité. Aidé à l’écriture par Eric Roth (Forrest Gump, Benjamin Button),  Cooper livre un film poignant qui souffre de petits problèmes de rythme dans la seconde partie, alternant des scènes trop brèves et d’autres trop longues. Il cherche néanmoins à slalomer entre les clichés pour que rien ne laisse sous-entendre la fin. Mais passons sur des petites détails pour évoquer la première heure du métrage. La rencontre entre Cooper et Gaga est tout simplement magnifique. Chaque scène est filmée avec beaucoup de justesse et leur performance, la chanson Shallow dévoilée pendant la promo, est monumentale.

A Star is Born, c’est aussi une addition de talents.
D’abord Lady Gaga. A des années-lumières du personnage coloré et pop qu’elle dévoile lors de ses concerts, la chanteuse prouve ici qu’elle a toute d’une grande actrice, qui se donne à fond, se met à nu, pour un rôle qui la passionne, ce qui se voit à l’écran. On n’avait aucun doute sur ses qualité de chanteuse, on n’en a désormais pas non plus sur ses talents de comédiennes.
Ensuite, Bradley Cooper. Même s’il avait fait par le passé des choix de carrières discutables (la trilogie Very Bad Trip, sérieusement ?), Cooper était déjà un bon comédien. Dans A Star is Born, il livre sa meilleure prestation mais aussi un film très propre en terme de mise en scène. Et avec ses très longs mois d’entrainement (il parle d’une année entière à apprendre la guitare et chanter), il tient parfaitement la comparaison avec les différentes rock stars que son personnage évoque.
Enfin, la musique. Personnage à part entière, présent dans chaque plan. Une bande-originale de haut niveau. Il faut dire qu’en plus d’avoir employé le talent de Lady Gaga à bon escient, Cooper a fait appel à Lukas Nelson, le fils du légendaire chanteur de country Willie Nelson, et à son groupe Promise of The Real qui accompagne actuellement Neil Young dans ses dernières aventures. Autant dire que musicalement on en prend plein les oreilles.

A Star is Born est une belle histoire d’amour, avec ses hauts et ses bas, ses problèmes de communication et les choix que font leurs personnages. Faut-il sacrifier son histoire au prix de la célébrité ? Faut-il tout accepter pour devenir une star ? C’est aussi une rencontre, celles de deux êtres qui ont besoin l’un de l’autre pour fonctionner, aussi bien personnellement que professionnellement et qui ne prennent pas forcément les bonnes décisions.

Un film qui a bien quelques menus défauts dans son second acte mais qui mérite le coup d’oeil pour sa première heure magistrale, et pour les deux étoiles qui en sont nées.

A Star is Born, de Bradley Cooper – Sortie le 03 octobre 2018

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.