Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Critique : Sans Répit

Le remake d’un film fait dans un autre pays n’est pas nouveau. Mais la démultiplication des plates-formes leur donne d’avantage de visibilité, d’autant qu’elles produisent elles-mêmes ces projets pour mieux cocher des cases dans un tableau Excel. Ainsi, Netflix produit un remake de sa propre série espagnole La Casa de Papel en Corée. Et il existe plus d’une douzaine de remakes du film Perfetti sconosciuti (devenu Le Jeu, par Fred Cavayé, en France). Le remake est parfois inutile, parfois supérieur, et parfois simplement réussi. Comme Sans Répit, remake français de Hard Day mis en scène par Kim Seong-hun (Tunnel, la série Kingdom).

Le pitch est le même : un flic corrompu est en route pour les funérailles de sa mère. Sur son chemin, il renverse un homme et décide d’emmener le cadavre avec lui, cadavre qu’il va planquer dans le cercueil de la défunte. Tout cela aurait pu bien se finir s’il n’allait pas lui-même se retrouver à enquêter sur la mort de l’homme, tout en se faisant chanter par un inconnu. Une spirale infernale, donc, dont il devra sortir.

Le premier long métrage de Régis Blondeau, habituel directeur de la photo sur tout un tas de comédies françaises, se révèle être un film soigné. Co-écrit avec Julien Colombani (Trois Jours Une Nuit), Sans Répit se débarrasse de l’humour noir de l’original coréen pour livrer un polar à la française, nerveux et solide. Certes, il faut accepter la cascade d’emmerdes qui arrive au héros et certains moments à la limite du cartoonesque mais la réalisation soignée et la galerie de personnages font que ça fonctionne.

Il faut aussi dire que tout le film repose sur Frank Gastambide et sur la sympathie qu’on peut avoir pour le comédien. En effet, qui a envie d’avoir de l’affection pour le flic ripoux qu’il incarne ? On devrait normalement rejeter le personnage et avoir envie de le voir se faire condamner. Pourtant, le charisme de l’acteur mélangée à l’accumulation de galères dans laquelle il se trouve font prendre la mayonnaise. On aurait aimé que le comédien desserre peut-être un peu les dents mais la respiration se trouvera dans le chouette rôle offert à Tracy Gotoas.

Si vous voulez comparer avec l’original et son humour noir, Hard Day est disponible sur toutes les plates-formes de VOD. Sans Répit, lui, ne desserre pas la machoire et nécéssite d’accepter le rocambolesque des situations mêlé au sérieux de l’intrigue. Mais Gastambide arrive à en faire un divertissement solide.

Sans Répit, de Régis Blondeau – Disponible sur Netflix

Voir les commentairesFermer

Laisser un commentaire