Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Critique : L’Ordre et la Morale

L’Ordre et la Morale signe le retour derrière la caméra de Matthieu Kassovitz, après Babylon A.D que tout le monde a oublié, et qui plus est derrière une caméra française.

C’est bien de la France qu’il est question dans ce nouveau long-métrage que j’ai pu voir courant juillet lors d’une projection dite “test” organisée par le distributeur, qui attendait en retour un avis bien en amont des projections presse et d’une promo qui ne devrait pas tarder à démarrer.

Un exercice pas toujours évident quand le film est imparfait.

 

 

L’Ordre et la Morale – Sortie le 16 novembre 2011
Réalisé par Mathieu Kassovitz
Avec Mathieu Kassovitz, Iabe Lapacas, Malik Zidi
Avril 1988, Île d’Ouvéa, Nouvelle-Calédonie.
30 gendarmes retenus en otage par un groupe d’indépendantistes Kanak.
300 militaires envoyés depuis la France pour rétablir l’ordre.
2 hommes face à face : Philippe Legorjus, capitaine du GIGN et Alphonse Dianou, chef des preneurs d’otages.
À travers des valeurs communes, ils vont tenter de faire triompher le dialogue.
Mais en pleine période d’élection présidentielle, lorsque les enjeux sont politiques, l’ordre n’est pas toujours dicté par la morale…

 

J’ai voulu aimer l’Ordre et la Morale.

Le film de Matthieu Kassovitz, comme beaucoup en ce moment, raconte un véritable moment de l’histoire de France récente (comme l’Assaut ou dans un registre différent Présumé Coupable), une histoire peu connue des plus jeunes et qui méritait d’être portée à l’écran.
En avril 1988, en pleine cohabitation et alors que se profile l’élection présidentielle qui verra la victoire de François Miterrand, des indépendantistes kanaks prennent 27 gendarmes en otage sur l’île d’Ouvea en Nouvelle Calédonie. 16 d’entre eux seront menés dans une grotte réputée introuvable, grotte qui finira prise d’assaut à la demande du gouvernement Chirac avec l’accord de Miterrand. Il y aura des exécutions volontaires.

Cette histoire méritait d’être racontée pour plusieurs raisons, d’abord les probables mensonges gouvernementaux qui ont conduit à l’assaut et à la mort de plusieurs Kanaks se devaient d’être rappelés. Et puis plus généralement, on ne parle pas assez des DOM TOM et de leurs envies parfois indépendantistes. La Nouvelle Calédonie est devenue colonie française en 1853 et il semble que le statut de l’île n’ait pas vraiment évolué !

L’Ordre et la Morale est raconté du point de vue d’un personnage ayant réellement existé : Philippe Legorjus (incarné par Kassovitz lui-même). Le commandant du GIGN fera tout ce qui était en son pouvoir pour négocier avec les preneurs d’otages. Le film montre clairement que toute l’énergie qu’il a dépensé aurait pu permettre d’éviter le bain de sang dans lequel se termine l’évènement.
Et Kassovitz livre un film visuellement réussi. Profitant des couleurs naturelles et des beaux paysages de la Polynésie (qui a servi de lieu de tournage), le réalisateur offre une réalisation soignée et de nombreux moyens déployés. Les hélicoptères déployés ne sont pas sans rappeler rien de moins qu’Apocalypse Now. On retiendra tout particulièrement la scène expliquant comment les Kanaks ont attaqué la gendarmerie, particulièrement bien montée.

Tout ça fait que j’aurai voulu aimer L’Ordre et la Morale. Malheureusement, tout n’est pas parfait…

Si les dialogues ne sont pas toujours bien écrits, le principal problème du film vient de ses interprètes. Sans doute trop occupé à réaliser, à devoir gérer de colossaux moyens, Matthieu Kassovitz oublie qu’il est un acteur et qu’il doit incarner un personnage. Il oublie en cours de route aussi qu’il a d’autres acteurs à diriger. A part Iabe Lapacas parfois et Jean-Philippe Puymartin (la voix de Woody, malheureusement trop rare au cinéma) absolument parfait, la plupart du casting est à la ramasse.

S’il y a bien quelque chose qui plombe un film, c’est l’interprétation. On peut se contenter d’un scénario cousu de fil blanc, d’une réalisation bancale, d’une bande originale pénible. On peut revenir sur l’étalonnage, les effets spéciaux ou le montage. Mais s’il n’y a pas d’acteur pour porter le film, difficile de rentrer dedans.

La prise d’assaut de la grotte aurait dû être un grand moment d’émotion dans lequel le spectateur aurait dû être immergé. Il n’en est rien. Kassovitz, qui avait soigné jusque là sa réalisation, se permet de filmer à la caméra portée rappelant les heures d’un Michael Bay en petite forme ou d’un Chris Nolan dans Batman Begins : on ne voit strictement rien de ce qui se passe. Et là non plus, on n’arrive pas à être impliqué.

Pour ses défauts majeurs, et malgré tout l’intérêt qu’on porte à son histoire, l’Ordre et la Morale n’est malheureusement pas le film que j’aurai voulu aimer.

Voir les commentairesFermer

1 commentaire

  • par Arnold38Cinema
    Posté mercredi 23 novembre 2011 22 h 01 min 0Likes

    C’est un film que j’ai trouvé intéressant pour ma part, sur certaines situation il touche notre conscience, il met parfois mal à l’aise, mais en tout cas il semble vraiment crédible même s’il prend partit pris, j’ai appris pas mal de chose sur cette affaire que je ne connaissais pas, vraiment c’est un film à voir
    Mon avis : http://www.youtube.com/watch?v=DCPn0nWjLkk

Laisser un commentaire