Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Critique : La Rafle

Hier j’ai vu un film incroyable. Un film bouleversant. Le genre de film qui fait qu’on reste les yeux rivés à l’écran pendant le générique final, sans penser à rien, sans parler à qui que ce soit. Ce film de Roselyne Bosch s’appelle La Rafle et traite d’un sujet délicat : la rafle du Vel d’Hiv’ le 16 juillet 1942. Sortie nationale le 10 mars prochain.

Retrouvez également notre retranscription de la conférence de presse donnée le 1er mars à Lyon ici.

La Rafle – Sortie le 10 mars 2010.
Réalisé par Roselyne Bosch
Avec Mélanie Laurent, Jean Reno, Gad Elmaleh et Hugo Leverdez
1942. Joseph a onze ans.
Et ce matin de Juin, il doit aller à l’école, une étoile Jaune cousue sur sa poitrine…
Il reçoit les encouragements d’un voisin brocanteur. Les railleries d’une boulangère.
Entre bienveillance et mépris, Jo, ses copains juifs comme lui, leurs familles,
apprennent la vie dans un Paris occupé, sur la Butte Montmartre, où ils ont trouvé refuge.
Du moins le croient-ils, jusqu’à ce matin de 16 Juillet 1942, ou leur fragile bonheur bascule…
Du Vélodrome D’Hiver, où 13 000 raflés sont entassés, au camp de Beaune-La-Rolande,
de Vichy à la terrasse du Berghof, La Rafle suit les destins réels des victimes et des bourreaux.
De ceux qui ont orchestré.
De ceux qui ont eu confiance.
De ceux qui ont fui.
De ceux qui se sont opposés.
Tous les personnages du film ont existé.
Tous les évènements, même les plus extrêmes, ont eu lieu cet été 1942

 

Une poignée de blogueurs étaient invités par Gaumont ce 21 janvier au soir à l’auditorium de Boulogne pour voir une copie presque terminée de La Rafle. Nous y avons été accueilli par Rose Bosch, la réalisatrice du film qui faisaient les dernières retouches sonores.
Avant de nous permettre de voir la film, elle nous a expliqué -dans un petit speech chargé d’émotion et nous mettant les larmes aux yeux comment elle a monté son projet.

Pour faire un film sur un sujet si sensible, et si peu évoqué, Rose Bosch voulait un témoin, un rescapé des ces évènements tragiques. Mais peu de gens ont survécu au Vel d’Hiv. Les survivants actuels se sont échappés au début de la rafle pour la plupart ou sont trop jeunes. Elle a finalement mis la main sur un enregistrement de l’émission La Marche du Siècle, où un rescapé déclarait alors que personne n’osera jamais faire un film sur un sujet si douloureux.
La réalisatrice s’est donc mise en quête de ce monsieur et c’est donc son histoire qui est racontée dans le film.

La Rafle suit donc l’histoire de Joseph et de sa famille. Il a onze ans et vit une enfance plutôt heureuse à Montmartre avec ses amis et sa famille et ce malgré la guerre, malgré l’étoile cousue sur ses vêtements. C’est là dessus que le film commence, offrant aux spectateurs une tonalité en demi-teinte : sombre car marquée par la guerre, les interdictions faites aux Juifs, l’implication du gouvernement de Pétain mais colorées car vues du point de vue d’un enfant de onze qui veut comprendre ce qui se passe et qui malgré la situation s’amusent encore avec ses copains.
Cette tonalité particulière nous suivra pendant tout le film, ponctuant les évènements horribles de touches de couleur enfantine.

A ce stade de l’article, je suis normalement censé écrire un mot sur la technique et sur le casting. Je suis censé vous dire que, malgré quelques défauts techniques dont un plan anachronique, la réalisation est très soignée -même si j’aurai préféré une photo plus travaillée, des couleurs moins vives. La reconstitution du Vel d’Hiv (en réalité un quart a été reconstitué en studio, le reste étant virtuel) est incroyable. Et pour la première fois à l’écran, on verra les camps de concentration français à travers celui de Beaune-La-Rolande.
Je suis aussi censé vous parler du casting. Quand on offre à des acteurs un beau projet, un sujet délicat, et qu’on les dirige bien, on obtient de bons résultats. Ainsi si Jean Reno, Gad Elmaleh et Mélanie Laurent sont très bons (si si !), Hugo Leverdez – qui incarne Joseph- est époustouflant.

Mais finalement tout ça n’a pas vraiment d’importance.
Rose Bosch réalise plus qu’un film, une véritable leçon d’histoire. Hyper documenté, le film ne montre que des situations ayant réellement eu lieu. Qu’on suivre Hitler, Pétain ou les Juifs entassés au Vel d’Hiv, tout est juste. Et tout est bouleversant. Il est vraiment impossible de rester impassible devant les raflés et ce qui leur arrive au fur et à mesure du film, comme il est impossible de rester de marbre face aux réactions des autorités françaises.
La grande force de La Rafle,outre le coté documentaire, outre l’émotion que le film procure, outre les larmes qu’il fait couler, c’est d’être particulièrement juste.

Tout comme La Liste de Schindler de Steven Spielberg, La Rafle est un film à part, que les gens doivent voir absolument, posséder en DVD par la suite et le conserver comme une archive précieuse.

D’ailleurs, si vous êtes enseignant et que vous souhaitez aborder le sujet en classe, ce qui est faisable car le film suit des enfants et est donc peut-être moins dur qu’un Schinder’s List, allez jeter un œil sur cette partie du site officiel. Des avant-premières sont organisées dans toute la France pour les profs le 31 janvier et Gaumont vous offre également la possibilité d’organiser des projos scolaires.
Si vous n’êtes pas prof mais que vous voulez en savoir d’avantage sur le film, le dossier de presse est accessible en libre téléchargement ici.

Rendez-vous en salles le 10 mars.

Merci à Pingoo et Clyne pour l’invitation.

Voir les commentairesFermer

11 Comments

  • par dolores
    Posté samedi 23 janvier 2010 14 h 25 min 0Likes

    critique superémouvante. ca donne envie.

  • par cloneweb
    Posté samedi 23 janvier 2010 17 h 36 min 0Likes

    Merci beaucoup.

  • par raphy
    Posté samedi 23 janvier 2010 21 h 08 min 0Likes

    Ne soit pas trop dur avec l’image, la copie que tu as vu est une copie de travail en vidéo et non étalonnée…

  • par cloneweb
    Posté samedi 23 janvier 2010 21 h 13 min 0Likes

    Je me trouve pas dur avec en fait :)
    Et puis franchement, vu la qualité du film, c’est vraiment pas important :)

  • par sdblepas
    Posté dimanche 24 janvier 2010 10 h 13 min 0Likes

    Tres bonne critique j’ai hate de le voir

  • par kaisersauze
    Posté dimanche 24 janvier 2010 21 h 28 min 0Likes

    vu moi aussi le film,d’une cabine de projo (ah ah) pas étalonné. ca déchirait déjà. c’est filmé comme de l’actu. a voir toutes affaires cessantes.
    kaiser

  • par malcor
    Posté lundi 25 janvier 2010 21 h 02 min 0Likes

    Pour avoir vu le meme film que vous sachez que la version visionnée n’etait pas la derniere ce qui veut dire que l’image n’avait pas encore été colorisée de façon definitive, ainsi que les plans truqués ce qui laisse supposer que ce sera encore mieux une fois fini.
    Bravo encore pour cette critique qui est juste et émouvante

  • par rodier
    Posté samedi 6 février 2010 19 h 47 min 0Likes

    Commentaire modéré

  • par simpsons
    Posté vendredi 26 février 2010 11 h 07 min 0Likes

    heu dis rodier pourquoi tu es contre la sortie de ce film?
    je l’ai vu en avant-première a rennes il est vraiment magnifique et je ne suis pas d’accord les images sont très belles mais ça n’a pas grande importance quand on voit la qualité de jeux des acteurs ( en particulier du petit hugo).

  • par cloneweb
    Posté mardi 2 mars 2010 14 h 00 min 0Likes

    L’intégralité de la conférence de presse donnée par l’équipe du film est à lire ici :
    https://www.cloneweb.net/interview/la-rafle-rencontre-avec-toute-lequipe-du-film/

  • Trackback: Cinéma : La Rafle - Pingoo.com

Laisser un commentaire