On n’a pas fini de parler de Prometheus, le prochain film de Ridley Scott. Non content d’avoir évoqué les extraits que nous avons pu voir ainsi que la conférence de presse tenue par le réalisateur, Michael Fassbender, Noomi Rapace et Charlize Theron, nous vous proposons du contenu inédit.

En effet, 20th Century Fox France a mis en ligne la Star Map, carte virtuelle basée sur ce qu’on verra dans le film vous permettant d’accéder chaque semaine à du contenu. La première semaine revenait sur la bande annonce.

Et le contenu de la 2e semaine est … ici ! Vous pouvez découvrir un long papier agrémenté de photos animées sur les thèmes de Prometheus ainsi qu’une galerie d’images. La page contient également la fameuse Star Map vous permettant d’accéder les semaines suivantes au reste des informations.

Prometheus sort le 30 mai prochain.

 

Les Thèmes de Prometheus
Texte de Joe Utichi

« Et si vous pouviez rencontrer Dieu, et que Dieu s’avérait être le Diable ? » Telle est la question posée par le producteur exécutif de PROMETHEUS, Michael Ellenberg, en parlant des thèmes au cœur du premier retour à la science-fiction de Ridley Scott depuis le premier ALIEN et BLADE RUNNER.

Les questions fondamentales propres à l’existence humaine sont à la source de l’histoire de Ridley Scott : Qui sommes-nous et d’où venons-nous ? Comme le résume Michael Fassbender : « C’est au fond tenter de découvrir si d’autres êtres, que nous découvrons sous le nom des Ingénieurs, ont participé à la naissance de la civilisation sur la Terre, et s’ils avaient un projet en tête pour nous. »

Comme toute bonne science-fiction, l’idée est née à travers l’analyse du monde réel. Michael Ellenberg explique : « Ridley a été inspiré par tout, des géoglyphes de Nazca, qui sont ces immenses sculptures qui ne peuvent être vues que du ciel, aux peintures préhistoriques dans les grottes en France, en passant par l’Egypte ancienne et la civilisation Maya. On va plus loin que ce qui a été découvert jusqu’ici et on spécule sur ce qui peut être découvert dans le futur. »

Par le réalisateur Ridley Scott, les thèmes de PROMETHEUS sont une réaction à l’abondance de films post-apocalyptique. PROMETHEUS ne traite pas forcément de ce qui nous attend, ce qu’on pourrait devenir, mais se tourne vers notre passé, d’où nous pourrions venir.


Image animée, cliquez dessus !

« C’est à propos du début de la vie, et le « et si » éternel, explique Ridley Scott. « Est-ce que ce ballon sur lequel on est assis en ce moment existe depuis trois milliards d’année ou un milliard ? Et si nous n’avons pas eu la visite (par des civilisations extra-terrestre), alors que faisaient cette planète pendant tout ce temps avant que la vie apparaisse ? Ce n’est que notre arrogance qui nous dicte : « Non, c’est impossible, on est les premiers. » Sommes-nous les premiers hominidés ? J’en doute vraiment vraiment. La mémoire récente ou la légende n’arrêtent pas de nous parler de choses incroyables et étranges telles que l’Atlantide – qu’est-ce que ça pouvait bien être ? D’où est-ce que ça vient ? Est-ce que c’était vrai, est-ce que c’est un souvenir, est-ce que ça a existé ? et si ça a existé, est-ce que ça a existé il y a trois quart d’un milliard d’années ? Il ne reste rien aujourd’hui. Comment cela a-t-il été créé et par qui ? »

Après avoir travaillé sur une première histoire avec le scénariste Jon Spaihts, Scott a appelé l’auteur Damon Lindelof, plus connu en tant que co-créateur de LOST, et lui a demandé de collaborer avec lui au scénario. « Ridley m’a appelé la première fois à la mi-juillet (2010) », se souvient-il. « Je ne l’avais jamais rencontré auparavant, mais bien entendu, j’étais un énorme fan de son travail. Je conduisais ma voiture lorsque le téléphone a sonné et la voix de l’autre côté m’a dit : « Ridley Scott va vous appeler dans cinq minutes, est-ce que vous êtes disponible ? » Après l’accident de voiture consécutif et les impératifs de gestion immédiate de celui-ci, j’ai commencé à parler à Ridley Scott. Je tremblais plus ou moins lorsqu’il a appelé et qu’il m’a dit qu’il allait m’envoyer un scénario. »

Le premier travail de Jon Spaihts était clairement un prequel d’ALIEN, et Ridley Scott a expliqué à Damon Lindelof qu’il avait pour objectif de basculer légèrement dans un univers plus original. « Il avait également pour moteur ces grandes idées thématiques concernant ce qui pourrait être le sujet du film » : se souvient Damon Lindelof. « Nous avons commencé par avoir des conversations, et ces conversations ont eu pour résultat notre collaboration très proche pendant environ deux mois, consistant en la réécriture du scénario jusqu’à ce qu’il soit satisfait et ressente qu’il s’agissait de son propre film. »


Image animée, cliquez dessus !

Damon Lindelof ajoute : « Ce qui est extraordinaire avec Ridley en tant que réalisateur, ce sont ces grandes idées de base ancrées dans une sorte de réalité fondamentale. Ce qui est cool avec ce film c’est qu’il ne se passe pas sur Terre, de quelque véritable manière que ce soit, donc la manière dont on fait l’expérience du futur est très loin de la Terre. Il s’agit plus de ce que sont les gens aujourd’hui. Qu’est-ce qu’ils ont traversé ? Quelles sont les choses auxquelles ils pensent vraiment ? L’idée que nous serons à peu près les mêmes dans une centaine d’années, mais que nous pourrions être motivés par différentes idées, est ce qui alimente ce film. »

Arthur Max, chargé des décors, dit que les thèmes ont été essentiels à la manière dont il a imaginé l’aspect du film. « D’un point de vue très large, ces créatures sont des sortes d’ingénieurs génétiques à un niveau interplanétaire », dit-il, ne dévoilant presque rien. « Ils créent la vie où ils passent. D’une certaine manière, ils sont un peu comme Dieu. »
Logan Marshall-Green joue Holloway. Il résume l’importance des thèmes de fond de PROMETHEUS comme étant : « Un film qui part d’une philosophie et non d’un alien. L’intelligence de l’histoire vous tient le long d’une grande partie du film avant que vous entriez vraiment dans l’action. Vous ne tournez pas seulement les pages à cause de ce qu’il se passe, mais à cause de ce qui est dit. »
Logan Marshall Green s’amuse du fait que : « De toute évidence, on peut dire que le postulat du film écarte le Darwinisme comme point de départ. »

« Prometheus, dans la littérature, était un Titan qui a volé le feu aux Dieux parce qu’ils le gardaient pour eux-mêmes et qu’ils avaient peur de ce que les hommes feraient s’ils mettaient leurs petites pattes dessus, » plaisante Damon Lindelof. « Ce thème résonne à travers le film PROMETHEUS ; ce que font les hommes alors qu’ils ne devraient pas le faire, en termes d’innovation technologique, et peut-être, d’exploration. Est-ce qu’il y a une limite à ne pas franchir ? Une partie de ce qui est excitant dans le film est pourquoi on l’appelle PROMETHEUS. »


Image animée, cliquez dessus !

Pour Fassbender, les thèmes du film se traduisent dans la manière dont les personnages à bord de Prometheus interagissent les uns avec les autres. «Il y a toujours une dimension politique, et c’est pourquoi, je pense, le cast s’est lié. Le tempo, le rythme, l’intelligence du scénario, chaque personne a sa propre ambition sur ce vaisseau et c’est à chaque fois une ambition très individuelle. Certains sont là pour l’argent. D’autres sont là pour obtenir des réponses. Certains sont là dans l’espoir de percer une sorte de secret. D’autre sont là en quelque sorte par dépit. Vous avez toutes ces relations collectives, des individus et des motivations, et c’est ce qui rend l’histoire intrigante avant même que ça tourne mal. »

Charlize Theron s’est imprégnée des thèmes du film via les motivations très sombres de son personnage. « J’ai pensé qu’il y avait un potentiel colossal pour explorer les thèmes abordés par le scénario, à travers le regard d’un personnage si différent de tous les autres partis en mission » : dit-elle. « Vous avez ces scientifiques – l’un y croit, l’autre vraiment pas – et vous jouez avec tous ces thèmes, mais de faire l’expérience de tout ça du point de vue de quelqu’un qui vient d’un univers beaucoup plus froid, économique, avec une approche de col blanc était intéressant. »
« Je crois que l’une des idées très intéressante traitée par le film », dit Damon Lindelof « est cette idée que l’exploration de l’espace, particulièrement dans le futur, va commencer à ne plus être qu’une affaire de voyage et de planètes, pour créer des colonies ou autre chose, mais aussi l’idée que le plus on va loin, le plus on en apprend sur soi-même. Et je crois que les personnages de ce film – certains d’entre eux au moins – sont très préoccupés par ces questions « D’où venons-nous ? Quelles sont nos origines ? Quelle est notre place dans l’univers ? Sommes-nous les seuls êtres capables de penser, ou y en a-t-il d’autres ?

C’est cette idée qui selon Damon Lindelof le distingue véritablement d’ALIEN. « Dans ALIEN, c’était juste : « Salut, on est des mineurs. Oh, on vient de mettre les deux pieds dans un sacré tas de trucs qui font très peur ! » Donc, il y a certes des éléments de ce type dans ce film – et de toute évidence des choses terrifiantes – mais l’idée d’explorer fondamentalement et thématiquement ce concept de création a toujours été essentielle pour Ridley Scott. »

 


Cliquez sur les photos pour les voir en HD

 

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.