Michel Serrault, adoré du public français pour ses incarnations les plus burlesques comme les plus effrayantes, est décédé dimanche à l’âge de 79 ans, après une carrière riche de plus de 150 films et téléfilms.

Né le 24 janvier 1928 à Brunoy (Essonne), il triomphe d’abord au théâtre en incarnant Zaza Napoli dans La Cage aux folles, rôle pour lequel il remporte son premier César du meilleur acteur en 1979, quand la pièce à succès de Jean Poiret est adaptée au cinéma.

Il obtient un deuxième César trois ans plus tard pour Garde à vue, de Claude Miller. Le rôle de Pierre Arnaud dans Nelly et monsieur Arnaud, de Claude Sautet lui vaut son troisième trophée.

Après avoir brièvement fréquenté le séminaire avec l’intention d’entrer dans les ordres, Michel Serrault intègre l’école de théâtre de la rue Blanche. Il fait ses premiers pas au cinéma une dizaine d’année plus tard, en 1954, dans Ah! les belles bacchantes, de Jean Loubignac .

Il joue un an plus tard dans Les diaboliques, un policier adapté de Boileau-Narcejac par Henri-Georges Clouzot.

En plus de cinquante ans de carrière cinématographique, Michel Serrault travaille notamment avec Bertrand Blier, Pierre Tchernia ou Jean-Pierre Mocky.

Il alterne comédies et polars, multiplie les rôles de commissaires et de bandits, incarne l’inquiétant docteur Petiot ou le froid professeur du crime d’Assassin(s), de Mathieu Kassovitz.

Dans Deux heures moins le quart avant Jésus Christ de Jean Yann, il enfile les loufoques habits impériaux de César. Dans Beaumarchais l’insolent, il incarne aux côtés de Fabrice Luchini un Louis XV plus sérieux.

Nicolas Sarkozy a rendu hommage lundi à un “monument du théâtre de boulevard, du cinéma et de la télévision”.

“Cet artiste populaire à la filmographie impressionnante a su marquer chaque Français par ses immenses talents d’acteur, aussi bien comique que dramatique”, déclare dans un communiqué le chef de l’Etat, adressant ses “plus sincères condoléances à sa famille ainsi qu’à l’ensemble du monde du spectacle”.

Le Premier ministre François Fillon a quant à lui salué “un comédien d’exception qui aura marqué le théâtre et le cinéma français, par la diversité de son immense répertoire, qu’il s’agisse des rôles comiques ou de personnages plus complexes”.

Source/Texte : Reuters

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.