Temps de chiotte, bave devant son clavier à la vue des multiples trailers des prochains films et séries TV à s’envoyer dans la rétine dans les prochains mois, fatigue dû à la reprise du rythme scolaire, cafetière qui a repris du service…

Pas de doute, la rentrée a commencé, et au vu du planning important de ressorties ces jours prochains, on ne peut que s’en réjouir. Malgré la météo.

Allez, ne perdons pas de temps, enjoy !

 

16 septembre :

Rétrospective à la Cinémathèque Française, nombreuses ressorties en salles… Pas de doute, c’est le mois de « Bloody Sam » ! Derrière ce pseudonyme se cache le plus subversif et violent des cinéastes américains, Sam Peckinpah, dont vous pouvez déjà redécouvrir sur grand écran le mythique LA HORDE SAUVAGE, summum du western crépusculaire et chef d’œuvre ayant défini les codes visuels du cinéma d’action. En ce mercredi, film un peu plus mineur dans sa carrière, mais grand film tout de même avec LE GUET-APENS, interprété par le couple Steve McQueen-Ali McGraw. Adaptation du roman « The Getaway » de Jim Thompson, spécialiste du roman noir, McQueen y incarne un prisonnier obtenant sa libération grâce à l’intervention d’un truand notoire, en échange du hold-up d’une banque ; lorsqu’il s’aperçoit que ce dernier désire en fait le liquider, il s’enfuit avec sa femme et l’argent volé à travers le pays. A noter qu’il s’agit de la troisième collaboration entre Peckinpah et McQueen.

Petit tour vers la comédie américaine avec IRMA LA DOUCE du maître du genre Billy Wilder. Adaptation d’une comédie musicale de 1956 créée par Alexandre Breffort et Marguerite Monnot, le film narre la rencontre de Nestor, agent de police naïf, et d’une prostituée surnommée « Irma la Douce ». A noter que le film n’est malgré tout pas un film musical, car Wilder a supprimé toutes les chansons du spectacle original, les jugeant mauvaises et pensant que la comédie musicale n’est pas son domaine. Une comédie légère, dans un Paris des années 1950 fantaisiste, à savourer pour passer le blues de la rentrée.

 

23 septembre :

Ne changeons pas les habitudes, et évoquons la ressortie d’un film italien, L’AUDIENCE de Marco Ferreri, enfant terrible du cinéma transalpin, auteur d’une œuvre provocatrice telle LA GRANDE BOUFFE qui fit scandale lors de sa présentation à Cannes. Ici, il narre l’histoire d’Amedeo, se rendant à Rome pour obtenir une audience avec le Pape, dont l’insistance va créer la suspicion du Vatican, lequel va tout faire pour l’empêcher d’arriver à ses fins. Une œuvre s’attaquant avec force à l’institution ecclésiastique.

Attention, film culte ! Adapté d’un roman de James Dickey, DELIVRANCE est le plus célèbre des long-métrages de John Boorman, et une des œuvres les plus réputés du cinéma américain des années 70. Cette histoire de quatre citadins (dont Jon Voight et Burt Reynolds) se réunissant le temps d’un week-end lors d’une expédition dans la nature qui va tourner au cauchemar est célèbre pour sa scène du « duel de banjos » et bien sûr une autre scène tout aussi traumatisante dont je laisse la surprise pour les chanceux n’ayant pas encore découvert cette œuvre fondamentale du « survival ».

A table ! C’est le moment de réveiller son appétit et son goût pour la cuisine japonaise avec la ressortie de TAMPOPO, de Juzo Itami. Surnommé ironiquement le premier « western-nouille » ou Western Ramen, le film raconte l’histoire de Tampopo, restauratrice, dont la vie bascule le jour où un client à la dégaine de cow-boy, lui transmet l’art et la manière de cuisiner parfaitement les nouilles. Nourri (LOL PTDR XD) d’influences au western spaghetti et à la comédie burlesque, un film drôle et irrésistible, qui vous changera de toutes ces émissions de « cuisine-réalité » type MasterChef ou autres !…

https://www.youtube.com/watch?v=W_KctoG0bAE

Le cycle Peckinpah continue de plus belle. Ce mercredi 23 septembre, vous pourrez redécouvrir d’abord CROIX DE FER, certainement l’oeuvre la plus nihiliste de Bloody Sam ; un film sur la Seconde Guerre Mondiale, sur le front soviétique et situé dans le camp allemand, narrant le conflit entre un officier allemand convoitant la croix de fer et un chef de peloton cynique mais compatissant et apprécié de ses hommes. Ensuite, ressort PAT GARRETT ET BILLY LE KID, western désenchanté sur une musique signée Bob Dylan, dans lequel Pat Garrett, devenu shérif, pourchasse son ancien compagnon de route, Billy Le Kid.

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19484813&cfilm=4380.html

 

30 septembre :

Il n’y a pas que les adultes dans la vie ! Il y a aussi les enfants, et Les Films Du Paradoxe pensent à eux en proposant en salles LES AVENTURES DE MARK TWAIN, film d’animation de Will Vinton, inventeur de la « claymation », c’est-à-dire l’animation avec de la pâte à modeler. Premier long-métrage utilisant cette technique, le film narre l’histoire dans les années 1910 de Tom Sawyer, Huckleberry Finn et Becky Thatcher quittant laterre ferme en compagnie du romancier Mark Twain pour un grand voyage à bord de son dirigeable magique. Le film mélange des élements biographiques et des épisodes de ses romans.

Le cycle Peckinpah, grand évènement de cette rentrée, se termine avec MAJOR DUNDEE, premier long-métrage de Bloody Sam où il a eu maille à partir avec les producteurs ; en effet, le montage de Peckinpah fit 2h40 et la Columbia supprima des scènes entières du métrage, le ramenant à moins de 2 heures et rendant l’intrigue quelque peu incohérente. Heureusement, une version director’s cut de 136 mns apparût, rendant un peu justice au travail de Peckinpah. Le film, échec commercial terrible ayant entaché la réputation de son metteur en scène, met en scène Major Dundee, commandant nordiste, poursuivant durant les derniers jours de la Guerre de Sécession des Indiens Apaches après l’attaque d’un poste de cavalerie.

En hommage à son réalisateur Tony Scott qui s’est donné il y a 3 ans, Splendor Films ressort en salles l’un des plus cultes des films des années 1980 : TOP GUN, qui fit de Tom Cruise une star internationale. Et accrochez-vous, il s’agit d’une conversion en 3D ! De quoi s’immerger encore plus dans les images aériennes époustouflantes, portées par la musique de Giorgio Moroder et le tube « Take My Breath Away » interprétée par Berlin.

 

Blu-ray & DVD :

Après la grande bourrasque de la quinzaine dernière, retour à des vents plus calmes chez les éditeurs DVD… L’essentiel des sorties est surtout basé sur des coffrets de DVD/BR regroupés par thématique, acteur, ou réalisateur, contenant des titres déjà multi-réédités, mais notons néanmoins UN APRES-MIDI DE CHIEN, classqiue du film de hold-up ; Louis Malle chez Gaumont ; un De Funès atypique de Serge Korber ; du classique du film d’exploitation japonais avec LADY SNOWBLOOD 1 & 2 édités chez HK Vidéo et, pour les amoureux de musique américaine, une réédition dans un coffret spécial du mythique documentaire WOODSTOCK.

L’AFFAIRE DES POISONS de Henri Decoin (BR, Gaumont)
UN APRES-MIDI DE CHIEN de Sidney Lumet (BR, Warner Bros)
AU REVOIR LES ENFANTS, MILOU EN MAI et LE SOUFFLE AU COEUR de Louis Malle (BR et DVD, Gaumont)

UN COLT NOMME GANNON de James Goldstone (DVD, Sidonis)

ESTOUFFE A LA CARAÏBE de Jacques Besnard (BR, Gaumont)

LES FUSILS DU FAR WEST de David Lowell Rich (DVD, Sidonis)

LA GRANDE SAUTERELLE de Georges Lautner (BR, Gaumont)

L’HOMME ORCHESTRE de Serge Korber (BR, Gaumont)

LADY SNOWBLOOD : La Saga (BR et DVD, HK Vidéo)
LITTLE BIG HORN de Charles Marquis Warren (DVD, Gaumont)

LE RAT D’AMERIQUE de Jean-Gabriel Albicocco (DVD, Gaumont)

SOUS LE SIGNE DU TAUREAU de Gilles Grangier (BR, Gaumont)

VA VOIR MAMAN… PAPA TRAVAILLE de François Leterrier (DVD, Gaumont)
VENGEANCE A L’AUBE de George Sherman (DVD, Sidonis)
VOULEZ-VOUS DANSER AVEC MOI de Michel Boisrond (DVD, Gaumont)

WOODSTOCK : 3 JOURS DE MUSIQUE ET DE PAIX de Michael Wadleigh (édition limitée BR et DVD, Warner Bros)

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.