Les classiques et autres films cultes du cinéma ont le vent en poupe.

Entre les fans qui se ruent par milliers sur les préservations de la suite à une saga historique et les réseaux sociaux envahis par les célébrations d’un célèbre voyage dans le temps, les spectateurs n’ont pas oublié les films les plus anciens. Nous non plus puisque David revient une nouvelle fois sur les ressorties salles et autres rétrospectives à voir dans les prochaines semaines.

 

21 octobre :

Swashbuckler Films nous fait replonger dans la filmographie de Raoul Walsh ; en effet, après le western intimiste LA VALLEE DE LA PEUR, le distributeur ressort des cartons le western LES AVENTURES DU CAPITAINE WYATT avec Gary Cooper, narrant l’histoire du capitaine Wyatt, chargé en 1840 de s’emparer du fort Infanta, qui sert de repaire aux Indiens Séminoles et à des contrebandiers blancs. Un beau film d’aventures, un beau classique du genre, mais un film historiquement très important pour toute une génération de jeunes cinéastes, car à l’origine.. du « Wilhelm Scream » ! En effet, c’est dans ce long-métrage que l’acteur Sheb Wooley pousse ce fameux cri, depuis utilisé comme effet sonore dans bon nombre de films et jeux vidéo ; le bruitage fut popularisé par le bruiteur de la saga Star Wars, Ben Burtt, qui retrouva l’enregistrement original du son sur une bande étiquetée “Homme se faisant dévorer par un alligator”. Depuis, le son original a été utilisé dans plus de 225 films.

Swashbuckler n’en reste pas là et nous propose également ce mercredi la ressortie d’une superproduction comme Hollywood savait en faire dans les années 1950 : LES CONQUERANTS D’UN NOUVEAU MONDE, réalisé par Cecil B. Demille, grand habitué des illustrations sur pellicule d’évènements historiques ou bibliques, ici en l’occurence les affrontements entre tribus indiennes et colons britanniques dans l’Amérique du XVIIIème siècle. Un grand film d’aventures, qui marque la dernière collaboration entre B. Demille et Gary Cooper, et surtout l’épopée d’une esclave confronté à de nombreuses péripéties, interprétée par Paulette Goddard.

Il n’y a pas qu’à la Cinémathèque Française que l’on célèbre le génie de Martin Scorsese ! En effet, après CASINO la semaine dernière, le Théâtre du Temple nous propose de revoir un film un peu plus mineur mais tout aussi intéressant dans la carrière du sicilien : LES NERFS A VIF, thriller baroque et grandiloquent mettant en scène Max Cady, condamné à quatorze années de prison pour viol et voie de fait sur une mineure, qui entreprend de se venger de l’avocat Sam Bowden, qu’il estime responsable de son incarcération.
Mais LES NERFS A VIF, c’est également un film de 1962, réalisé par Jack Lee Thompson avec Gregory Peck dans le rôle de l’avocat et Robert Mitchum dans le rôle du psychopathe ; un fim moins excessif, plus proche du film noir des années 1950, comportant tout de même quelques soubresauts de violence. Le Théâtre du Temple vous propose les deux films en salles afin de comparer ces deux versions du roman « The Executioners » de John D. MacDonald.

 

28 octobre :

A l’occasion de la sortie de son dernier film THE WALK, Splendor Films nous propose de redécouvrir l’un des plus célèbres films de Robert Zemeckis, instigateur de la trilogie RETOUR VERS LE FUTUR : il s’agit de FORREST GUMP, évocation de l’histoire de l’Amérique des années 50 à 80 à travers le prisme d’un simple d’esprit. Je ne vais pas vous faire l’affront de vous présenter plus en détails ce classique des soirées familiales des années 90, vous l’avez tous vu et revu de nombreuses fois, pas forcément ensalles, ce qui est l’occasion grâce à cette ressortie en version restaurée.

Films Sans Frontières nous propose en version restaurée un des chefs-d’oeuvres du cinéma d’URSS, et du cinéma muet en général : L’HOMME A LA CAMERA de Dziga Vertov, documentaire expérimental ayant pour son but, selon son réalisateur, de créer un nouveau langage cinématographique universel, faisant le choix de ne pas avoir recours au schéma traditionnel qui est un scénario, des intertitres, des décors, des acteurs et des scènes visuelles.
Racontant une journée de la ville d’Odessa, un film d’une grande richesse visuelle, au montage absolument vertigineux, qui se voit littéralement comme une expérience de cinéma, au même titre que d’autres documentaires tels KJOYAANISQATSI et BARAKA.

Octobre, c’est également un mois où est mis à l’honneur le génie du plus grand réalisateur japonais, Akira Kurosawa. Alors qu’une rétrospective a été organisée au Festival Lumière de Lyon, et que Wild Side commence à éditer en version remastérisée l’intégralité de sa filmographie à la Toho, Splendor Films nous propose de revoir en version longue restaurée l’un de ses derniers grands films, KAGEMUSHA – L’OMBRE DU GUERRIER. Immense fresque de 3 heures, produite par Lucas et Coppola, le film narre en 1573, pendant que le Japon est le théâtre de guerres entre clans rivaux, l’histoire de Shingen Takeda, commandant d’un clan et gravement blessé, qui demande que sa mort reste cahcée et demande à un voleur, sosie parfait, de prendre sa place dans le commandement. Un chef-d’oeuvre qui permet à son metteur en scène de remporter à 70 ans la Palme d’Or de Cannes, après pusieurs années de traversée du désert sur le plan artistique.

 

Blu-ray et DVD :

Attention ! Moisson de blu-ray et DVD en cette deuxième quinzaine d’octobre ! Beaucoup de sorties BR chez Gaumont, mais le DVD n’est pas oublié avec plusieurs films italiens chez M6 Vidéo, dont UMBERTO D. de Vittorio De Sica. Signalons également une chouette collection de séries B mettant en scène les monstres Universal chez Elephant Films, et un Disney inédit en HD, le peu connu mais culte aujourd’hui BASIL, DETECTIVE PRIVE. Le Chat Qui Fume nous propose également une magnifique édition du culte LE VENIN DE LA PEUR de Lucio Fulci, avec pléthore de bonus et même le CD de la BO signée Morricone ; et si vous êtes fan de DRIVE de Nicolas Winding Refn, jetez un œil à DRIVER de Walter Hill, vous m’en direz des nouvelles !…
Enfin, deux bizarreries dégénérées comme seul le cinéma pouvait en produire dans les années 1970 : ROAR, dont je vous laisse découvrir le récit rocambolesque du tournage ici même : http://www.slate.fr/story/100097/film-plus-dangereux-roar ; et THEMROC, véritable OVNI made in France interprété par Michel Piccoli, dont tous les dialogues sont des grognements, des cris ou des hurlements !…

“Akira Kurosawa : Les Films de jeunesse” : JE NE REGRETTE RIEN DE MA JEUNESSE + QUI MARCHE SUR LA QUEUE DU TIGRE et UN MERVEILLEUX DIMANCHE + LE PLUS DIGNEMENT(BR, Wild Side)

AU NOM DU PAPE ROI de Luigi Magni (DVD, M6 Vidéo)
UNE AUSSI LONGUE ABSENCE de Henri Colpi (DVD, M6 Vidéo)

BAGARRES de Henri Calef (DVD, M6 Vidéo)
LE BANNI de Howard Hughes (DVD, Rimini)
LE BARON DE L’ECLUSE, MAIGRET ET L’AFFAIRE SAINT-FIACRE et MAIGRET TEND UN PIEGE de Jean Delannoy (DVD, TF1 Vidéo)
BASIL, DETECTIVE PRIVE (BR, Walt Disney Company France)
BEBERT ET L’OMNIBUS d’Yves Robert (BR, Gaumont)

LA CAGE AUX ROSSIGNOLS de Jean Dréville (BR, Gaumont)
CAPITAINE PANTOUFLE de Guy Lefranc (DVD, Gaumont)
LA CORRUPTION, L’HERITAGE et LA VEINE D’OR de Mauro Bolognini (DVD, M6 Vidéo)
LE COUSIN JULES de Dominique Benicheti (BR et DVD, Carlotta Films)

DEUX NIGAUDS CONTRE FRANKENSTEIN de Charles T. Barton (BR et DVD, Elephant Films)
UN DIMANCHE D’AOÛT de Luciano Emmer (DVD, M6 Vidéo)
DRILLER de Joyce James (DVD, Crocofilms)
DRIVER de Walter Hill (BR et DVD, Showshank Films)

L’ETAT SAUVAGE de Francis Girod (BR, Gaumont)

LE FILS DE FRANKENSTEIN de Rowland V. Lee (BR et DVD, Elephant Films)
FLEUR D’OSEILLE de Georges Lautner (BR, Gaumont)
FRANKENSTEIN RENCONTRE LE LOUP-GAROU de Roy William Neill (BR et DVD, Elephant Films)

LE GARçON SAUVAGE de Jean Delannoy (DVD, Gaumont)
GAS-OIL de Gilles Grangier (DVD, TF1 Vidéo)
LES GRANDES FAMILLES de Denys De La Patellière (DVD, TF1 Vidéo)

LES HOMMES DE LA MER de John Ford (BR et DVD, Showshank Films)

LES JEUNES LOUPS de Marcel Carné (DVD, M6 Vidéo)

LA MAIN GAUCHE DU SEIGNEUR d’Edward Dmytryk (BR et DVD, Rimini)
LA MAISON DE FRANKENSTEIN et LE SPECTRE DE FRANKENSTEIN d’Erle C. Kenton (DVD, Elephant Films)

LES PORNOCRATES et PROSTITUTION de Jean-François Davy (DVD, Filmedia)

ROAR de Noell Marshall (DVD, Rimini)

THEMROC de Claude Faraldo (DVD, Tamasa)

UMBERTO D. de Vittorio De Sica (DVD, M6 Vidéo)

LE VENIN DE LA PEUR de Lucio Fulci (BR et DVD, Le Chat Qui Fume)
LA VERTE MOISSON de François Villiers (BR, Gaumont)

 

Festivals :

Il n’y a pas que Scorsese à la Cinémathèque, l’institut prestigieux nous propose également du 28 octobre au 30 novembre une rétrospective consacrée à Miklos Jancso, cinéaste hongrois devenu une référence pour James Gray ou Béla Tarr, auteur d’un œuvre qui a connu un relatif oubli à partir des années 80 après avoir été célébré dans les années 70 avec des films tels ROUGES ET BLANCS ou PSAUME ROUGE. Tous les détails ici : http://www.cinematheque.fr/cycle/miklos-jancso-92.html

Les 7 et 8 novembre, la Cinémathèque organisera un week-end consacré à Pierre Etaix, auteur de films burlesques tels YOYO, LE SOUPIRANT et LE GRAND AMOUR. Un dialogue aura même lieu entre Etaix et son scénariste Jean-Claude Carrière.
http://www.cinematheque.fr/cycle/pierre-etaix-1-91.html

Enfin, sortons de Paris et dirigeons-nous à Thionville, en Moselle, afin de parler de la rentrée 2015 des nuits Bis de la Scala, rendez-vous mensuel où le cinéma Scala organise un double programme consacré à l’horreur et au fantastique ; et à l’occasion de Halloween, le cinéma de Thionville propose dès 20h30 de voir ou revoir en copies restaurées numériques deux grands classiques : L’EXORCISTE de William Friedkin et THE THING de John Carpenter.
http://www.scala-thionville.fr/rendez-vous/4-Les_nuits_bis_de_la_Scala

Et voilà ! On se quitte en terminant par là où l’on avait commencé : le Wilhelm Scream !

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.