Et oui ! Déjà… Comme le temps passe vite…

Nous nous retrouvons donc de nouveau pour cette nouvelle édition de votre rubrique compilant toutes les sorties de patrimoine proposées dans vos cinémas préférés, ainsi que le meilleur de ce que vous pourrez vous projeter directement dans votre salon en HD ou en définition standard. Au programme pour cette quinzaine : du ciné espagnol, du trash US, du classique américain comme on les aime, et… du grec !

Enjoy !

 

18 février :

Marlon Brando et Frank Sinatra dans une comédie musicale ? Oui, c’est possible grâce à Joseph L. Mankiewicz qui réalise en 1955 BLANCHES COLOMBES ET VILAINES MESSIEURS, adapté comme souvent à l’époque d’une pièce jouée sur les planches de Broadway. Le film narre l’histoire d’un patron d’une boîte de jeux pariant avec un joueur professionnel qu’il va pouvoir séduire une jolie missionnaire de l’Armée du Salut. A noter que la chanson « A Woman In Love » spécialement créée à l’occasion du film est devenue depuis un standard repris par de nombreux artistes.

Tamasa Distribution nous propose de fureter du côté du cinéma espagnol avec la ressortie d’un des meilleurs films de Carlos Saura, PEPPERMINT FRAPPE ; un film sous influence de Luis Bunuel (le film lui est d’ailleurs dédié) mettant en scène Julian, radiologue à domicile travaillant avec son infirmière Ana, qui tombe amoureux de la nouvelle épouse de son meilleur ami d’enfance. A noter qu’il s’agit du début d’une grande collaboration entre le réalisateur ibérique et Géraldine Chaplin, qui donnera naissance entre autres aux films CRIA CUERVOS et ANA ET LES LOUPS.

On fait mieux comme patrimoine, le film datant de 1995, mais on signale tout de même la reprise d’un des plus connus des films de Gus Van Sant, icône du cinéma indépendant hollywoodien : PRÊTE A TOUT, interprété par Nicole Kidman, dans le rôle d’une femme voulant à tout prix réaliser son rêve, à savoir devenir présentatrice vedette à la télévision.

 

25 février :

En parallèle de la rétrospective John Ford qui se poursuit à la Cinémathèque Française, vous pouvez redécouvrir un film de fin du carrière du mythique réalisateur américain : LES DEUX CAVALIERS, un western avec James Stewart et Richard Widmark. L’histoire d’un shérif, fumeur et alcoolique notoire, retrouvant une vieille connaissance, lieutenant dans l’Armée, et tentant avec lui de négocier la restitution des prisonniers blancs capturés par les indiens Comanche ces dix dernières années. Un film considéré comme mineur dans la carrière de Ford, à voir si vous souhaitez être complétiste sur la filmographie du grand borgne de Hollywood.

Amis du bon goût, bonsoir ! Venez découvrir le cinéma de John Waters, pape de la provocation US, coupable des sommets de mauvais goût que sont PINK FLAMINGOS ou DESPERATE LIVING, avec la ressortie de POLYESTER, interprété comme la majeure partie de la filmographie de Waters par Divine, acteur et chanteur drag queen. Le film est surtout célèbre pour la technique de l’ »odorama » grâce à une carte à cases numérotées qui était distribuée aux spectateurs avant la projection. Lorsqu’un numéro apparaissait à l’écran, le spectateur devait gratter la pastille correspondante et pouvait ainsi sentir les mêmes odeurs que dans le film (odeur de pizza, de colle, de marijuana ou d’excréments).

On oublie trop souvent que la Grèce, ce n’est pas seulement Nikos Aliagas, Demis Roussos, Syriza et la dette européenne, c’est aussi… le sirtaki ! Une célèbre danse créée exclusivement pour les besoins du film que vous pourrez redécouvrir en salles, à savoir ZORBA LE GREC, qui marque également un des plus célèbres rôles d’Anthony Quinn. Adapté du roman ALEXIS ZORBAS de Nikos Kazantzakis, le film narre la rencontre en Crète de Basil,, jeune écrivain britannique venu prendre possession de l’héritage paternel, et Zorba, Grec exubérant qui va lui servir de guide. Le folklore grec doit sa reconnaissance à ce film, et surtout cette scène mythique.

 

DVD, Blu-Ray, Cinémathèques et Festivals

Du côté du DVD, calme plat ! Tellement plat que je n’ai recensé en tout et pour tout que… 4 sorties. Evoquons malgré tout la réédition en HD du grand classique ALI BABA ET LES 40 VOLEURS, célèbre adaptation du conte des 1001 nuits interprétée par Fernandel ; et surtout, un DVD compilant les meilleurs travaux de Norman MacLaren, un des grands maîtres du cinéma d’animation, ayant expérimenté de nombreuses techniques, telles le grattage de pellicule, la peinture sur pellicule, et même la peinture du son sur pellicule ; mais aussi la pixilation, la stop motion ou le dessin animé. Pour m’excuser devant la pauvreté de ce planning, laissez-moi vous proposer une de ses plus célèbres œuvres, VOISINS, Oscar du court-métrage, qui utilise la technique de la pixilation, qui traite les acteurs humains comme des objets filmés en stop motion, c’est-à-dire image par image.
A noter que MacLaren a créé la musique de son film en grattant directement sur la bande sonore de la pellicule des ronds, des lignes et des triangles que le projecteur reconnaît comme des sons !

ALI BABA ET LES 40 VOLEURS de Claude Autant-Lara (BR et DVD, Studio Canal)
CRIME ET CHÂTIMENT de Georges Lampin (BR et DVD, Gaumont)
LES GRANDES PERSONNES de Jean Valère (BR et DVD, Gaumont)
NORMAN MC LAREN : JEUX D’IMAGES (DVD, Les Films Du Paradoxe)

Enfin, signalons du côté de la Cinémathèque Française du 25 février au 17 avril, une rétrospective consacrée au cinéaste italien Ermanno Olmi, célèbre pour L’ARBRE AUX SABOTS, considéré unanimement comme un des plus grands classiques du cinéma italien. Son œuvre, empreinte d’une forte culture catholique, est tout autant une réflexion sur le monde moderne qu’une construction de fables poétiques, à la fois archaïques et contemporaines.

Voilà, c’est tout pour cette quinzaine ; on se retrouve en mars. D’ici là, portez-vous bien et allez au cinéma ! A bientôt !

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.