Si vous arrivez sur CloneWeb par le plus grand des hasards ou tout simplement en cherchant à savoir ce qu’on a pensé d’un certain film évoquant le voyage spatial, sachez que deux fois par mois, David revient sur les ressorties en salles.

Et elles sont plus nombreuses qu’on ne le croit ! Programmes de moyens métrages, grands classiques, films méconnus, restaurés. En dehors des nouveautés, il y a moyen de revoir des films ayant sans doute votre âge ou plus dans les meilleures conditions possibles : celle d’une salle de cinéma. N’hésitez d’ailleurs pas à aller voir vos petits cinémas indépendants et à leur réclamer les titres cités. Ils ont toujours la possibilité des les programmer.

On commence ce nouveau numéro de Keep Calm and Watch Old Movies par les ressorties du 5 novembre, avec un peu de retard.

 

[AVERTISSEMENT : L’auteur de ce texte tient à informer les formidables lecteurs de ce non moins excellent site qu’est CloneWeb que ce texte devait à l’origine être orné d’une magnifique introduction à même de vous éblouir intellectuellement et de vous donner l’envie de découvrir plein de films dans vos salles de cinéma préférées. Malheureusement, il s’avère qu’un problème d’ordre technique nous empêche de vous révéler la teneur de cette introduction mirifique ; en effet, un extra-terrestre a tout simplement dérobé l’ordinateur dans laquelle a été rédigé le texte en question, pour s’enfuir à bord de son vaisseau spatial et se réfugier dans un trou noir. Nous n’avons aucun indice concernant l’identité de ce voleur, tout juste savons-nous qu’il nous a laissé en échange un récipient contenant un liquide étrange ressemblant à de la soupe aux choux. Nous avons bien tenté de demander de l’aide à un dénommé Matthew M. qui s’intéresserait tout récemment aux voyages interstellaires, mais nous sommes sans nouvelles de notre requête.

La direction de CloneWeb s’excuse de ce désagrément indépendant de sa volonté et vous invite tout de même à lire cette nouvelle édition de Keep Calm And Watch Movies.]*

 

Swashbuckler Films vous propose de découvrir un des fleurons du film de guerre américain, qui plus est évoquant le premier conflit mondial du siècle dernier. En effet, A L’OUEST, RIEN DE NOUVEAU de Lewis Milestone, décrit l’expérience du front de jeunes soldats allemands, expérience qui va ébranler leurs convictions. Un film très important au sein du cinéma hollywoodien, puisqu’il est certainement le premier (et l’un des meilleurs) à exprimer un aussi fort et puissant message antimilitariste. Tellement fort d’ailleurs, que le film provoquera de nombreux remous chez les recrues nazies dans les salles diffusant le cinéma en Allemagne, jusqu’à son interdiction pure et simple par la censure du pays.


https://www.youtube.com/watch?v=aiObc2XmVqw

Après la tronçonneuse, les ailes ! Carlotta Films nous propose de redécouvrir un autre film de guerre du cinéma classique hollywoodien, LES AILES, de William A. Wellman ; ce film muet prend place également durant la Première Guerre Mondiale et raconte, à travers un trio de personnages, la Bataille de Saint-Mihiel dans laquelle les troupes américaines se sont fortement mobilisées en septembre 1918. A noter qu’il s’agit du premier long métrage à avoir remporté l’Oscar du Meilleur Film.



Si vous en avez plus que marre de la Première Guerre Mondiale et ses commémorations télévisées, vous pouvez également faire un tour du côté du cinéma américain des 70’s ; et qui plus est, du cinéma indépendant, puisqu’il s’agit d’une des réalisations de John Cassavetes, MINNIE AND MOSKOWITZ ; la rencontre tendre mais orageuse à New York entre un gardien de parking et une employée dans un musée d’art moderne. Un des films les moins connus de la carrière de metteur en scène de Cassavetes, à redécouvrir.

Action Cinémas vous propose en ce début novembre de réviser vos classiques de genre extrêmement prolifique qu’a été le western spaghetti. Tout d’abord, cet immortel chef d’oeuvre de Sergio Leone, LE BON, LA BRUTE ET LE TRUAND, avec le mythique trio Clint Eastwood/Eli Wallach/Lee Van Cleef à la recherche d’un trésor durant la Guerre de Sécession. A noter que le film est présenté dans une copie entièrement restaurée, et dans sa version longue.
Sinon, vous pouvez également revoir un film de la veine « parodique » ou « bouffone » du genre, ON L’APPELLE TRINITA, premier grand succès du duo Terence Hill/Bud Spencer, ici incarnant deux demi-frères aux physiques et caractères opposés, tentant de repousser les assauts de bandits mexicains sur une colonie de mormons ; leur version des SEPT MERCENAIRES, en somme !


https://www.youtube.com/watch?v=0oc89f2Y0xE


Autre double programme proposé également par Action Cinémas, 2 long-métrages interprétés par les Marx Brothers, troupe de comédiens américains spécialistes d’un humour « nonsensique » et absurde. Retrouvez dans vos salles deux de leurs œuvres : UNE NUIT A L’OPERA de Sam Wood & Edmund Goulding, film célèbre pour sa scène de la cabine de bâteau, ainsi que LA SOUPE AU CANARD de Leo McCarey, largement considéré comme leur meilleur film.



Enfin, Tamasa Distribution propose, après Diaphana en septembre dernier, de commémorer les 100 ans de Charlot, mythique personnage incarné par Charlie Chaplin, à travers un programme de 3 court-métrages réalisés entre 1916 et 1917 : ChARLOT PATINE, L’EMIGRANT et CHARLOT POLICEMAN.

 

Troisième film proposé ce mois-ci ayant pour cadre la Première Guerre Mondiale, LES CROIX DE BOIS de Raymond Bernard, adapté du roman de Roland Dorgelès, est projeté en salles dans une version restaurée par Pathé, conjointement à une réédition DVD et Blu Ray. Le film conte l’histoire de Gilbert Demachy, étudiant en droit, qui s’engage dans l’armée française pour en découdre avec l’envahisseur allemand et découvre le front en Champagne-Ardenne. L’histoire s’inspire du vécu de l’auteur durant la Première Guerre mondiale, et son titre fait référence aux croix de bois posées au-dessus des cadavres, le long des chemins du front.

On change de front : direction la Seconde Guerre Mondiale cette fois, avec TRAINS ETROITEMENT SURVEILLES de Jiri Menzel, proposé en version restaurée par Malavida. L’histoire de Milos, employé dans une petite gare de Tchécoslovaquie, qui n’arrive pas à cause de sa grande timidité à séduire une contrôleuse qui pourtant s’offre à lui. Oscar du meilleur film étranger en 1968, le film figure sur la liste des 100 meilleurs long métrages du cinéma par le magazine Time.

 

Du côté de votre home cinéma, planning très chargé. Outre tout ce qui concerne un certain réalisateur allemand (on en parle un peu plus bas), beaucoup de bonnes choses. Tout d’abord, Elephant Films qui, après les coffrets DVD de HK Vidéo, exhume en haute définition 3 films de Seijun Suzuki, maître du polar décalé japonais ; Shakespeare par Orson Welles chez Carlotta ; un coffret Spielberg chez Universal avec de l’inédit au milieu de titres déjà sortis en HD ; et des rééditions du catalogue Pathé dont COUP DE TÊTE de Jean-Jacques Annaud avec Patrick Dewaere.

LA CHEVRE de Francis Veber(BR, Gaumont)
CLARA ET LES CHICS TYPES de Jacques Monnet (BR, Gaumont)
Coffret Steven Spielberg (BR, Universal) : avec DUEL, SUGARLAND EXPRESS, LES DENTS DE LA MER, 1941, E.T., ALWAYS, JURASSIC PARK et LE MONDE PERDU
Coffret Mikhaïl Kalatozov (DVD, Potemkine) : avec QUAND PASSENT LES CIGOGNES, LA LETTRE INACHEVEE et SOY CUBA
COUP DE TÊTE de Jean-Jacques Annaud (BR, Gaumont)
LES CROIX DE BOIS de Raymond Bernard (Br et DVD, Pathé)
DETECTIVE BUREAU 2-3 de Sseijun Suzuki (BR et DVD, Elephant)
DEUX HOMMES DANS MANHATTAN de Jean-Pierre Melville (BR, Gaumont)
LE GLAIVE ET LA BALANCE d’André Cayatte (BR, Gaumont)
LA JEUNESSE DE LA BÊTE de Seijun Suzuki (BR et DVD, Elephant)
MACBETH d’Orson Welles (BR et DVD, Carlotta)
LES MALHEURS D’ALFRED de Pierre Richard (BR, Gaumont)
LA MARQUE DU TUEUR de Seijun Suzuki (BR et DVD, Elephant)
OTHELLO d’Orson Welles (BR et DVD, Carlotta)
LES POSSEDES d’Andrzej Wajda (BR, Gaumont)
TOI… LE VENIN de Robert Hossein (BR, Gaumont)

Enfin, terminons avec un petit événement cinéphile pour les habitants de Strasbourg : la cité alsacienne propose du 06 novembre au 13 janvier 2015, en collaboration avec les Cinémas Star, une intégrale consacrée au metteur en scène allemand Werner Herzog, avec la projection de toute sa filographie (films, documentaires, courts et moyen métrages, LA TOTALE) ; cerise sur le gâteau, le maître sera présent à Strasbourg dans le week-end du 14 et 15 novembre, pour une rencontre à l’Université de Strasbourg le vendredi 14, et une masterclass au Cinéma Star Saint-Exupéry avec projection de 2 épisodes de la série TV ON DEATH ROW le samedi 15.

Le détail de la programmation est visible ici : http://werner-herzog.unistra.fr/ et sur la page Facebook « Werner Herzog, l’intégrale ».

A cette occasion, Rock Brenner, jeune réalisateur strasbourgeois et grand fan de l’oeuvre du réalisateur allemand, a concocté cette bande-annonce qui sera visible dans les cinémas Star et Star Saint-Exupéry. Vous pouvez découvrir son travail sur son site personnel


WERNER HERZOG, L’INTÉGRALE [Trailer] from Rock Brenner on Vimeo.


En parallèle de cette rétrospective, Potemkine commence ce mois-ci à éditer en DVD l’intégrale de la filmographie de Werner Herzog ; vous pourrez retrouver au sein de ce volume 1 les films SIGNES DE VIE, LES NAINS AUSSI ONT COMMENCE PETITS, FATA MORGANA, AGUIRRE, LA COLERE DE DIEU et L’ENIGME DE KASPAR HAUSER ainsi que plusieurs court métrages et documentaires du réalisateur. A noter que AGUIRRE sort également en combo BR + DVD + Livre.



Voilà, that’s all folks ! A dans 15 jours et allez au cinéma !

* Non, en fait, c’est pas vrai, j’avais la flemme.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.