Dunkerque, de Christopher Nolan, sortira dans les salles le 19 juillet prochain. Le réalisateur avait déjà fait le coup avec Interstellar : il préfère le format Imax 70mm, pour lequel il n’existe aucune salle adaptée en France.

Nous aurons donc le choix entre de la pellicule 70mm, de l’Imax Laser, de l’Imax numérique classique dit “Xenon” et du bon vieux DCP numérique. Où voir tout ça et comment ? Voici un petit guide pour vous permettre de découvrir le film dans les meilleures conditions.

 

Imax

Sachant qu’il ne sera pas possible de voir en France ou pas trop loin le film en Imax 70mm, la meilleure solution est donc l’Imax avec projection laser. Là, deux formats sont possibles : le 1:43, qui impose une taille d’écran conséquente, et le 1:90.

Une seule salle en France devrait proposer le format 1:43 : l’Imax de Montpellier. Si vous souhaitez vous déplacer plus loin, l’Imax fraichement rénové de Bruxelles et le BFI Imax de Londres sont aussi pour vous. Ce sont de fait les meilleurs choix et bien que Montpellier ait choisi de passer le film principalement en version française (réservations ouvertes ici, VO le jeudi 20/07 à 20h10 et mardi 25/10 à 17h45).

La salle Imax du Gaumont de Disney Village près de Paris et le Pathé La Valette (Toulon) devraient passer le film en “laser 1:90”.

Les autres salles Imax française montreront le long-métrage dans un format proche du 1:90 mais en résolution 2K. Sont concernés : les Pathé Villette et Ivry, le Gaumont de Grand-Quevilly, celui de Toulouse-Labège et le Pathé Carré de Soie près de Lyon,

70 mm

Il semblerait que seules trois copies 70 mm ait été confectionnées pour la France à date. Elle seront au moins à quatre endroits :
Au Grand Rex lors d’une avant-première le 17 juillet en présence de Christopher Nolan (ouverture des réservations le 8 juillet à 10h, 15 euros).
– A la Cinémathèque Française le 17 juillet au soir en présence de Christopher Nolan qui donnera une masterclass. Mais la séance est réservée aux abonnés Libre Pass.
Au Kinepolis de Lomme à partir du 19 juillet à raison d’une projection par jour.
– Au Gaumont Marignan à Paris à partir du 19 juillet. Réservations ouvertes (merci à Anthony).
– Au cinéma Grand Mercure à Elbeuf, près de Rouen, en VOST. Réservations ici.

Toutes les autres salles de France proposant Dunkerque le feront évidemment en DCP.

Faut-il préférer l’Imax au 70 mm ? Comme le montre l’illustration en bas de cet article, l’image en 70 mm sera recadrée par rapport à l’Imax Xenon, soit plus petite. Vous verrez donc moins d’éléments de décors sur les cotés de l’écran. Lais les plans ayant été pensés quand même pour du “petit format, il y a peu de chance pour que vous ratiez quoi que ce soit.
La qualité du 70 mm sera bien meilleure qu’en Imax classique, plus nette, plus précise. Et si vous êtes un puriste, vous préférerez la pellicule. Le 70 mm a donc une longueur d’avance, surtout si votre exploitant a un très grand écran. Mais le choix final vous appartient, entre qualité d’image et taille du cadre.

3 commentaires

  • Mou2 mardi 1 août 2017 22 h 36 min

    Salut.

    Je ne publie jamais rien sur le net mais je me suis dit que je DEVAIS laisser ICI une trace de mon expérience (singulière), car je ne l’aurais jamais tentée sans avoir lu ce billet auparavant (donc merci).

    Contexte: je m’intéresse à la photo sans avoir suffisamment de temps pour rentabiliser mon D610, j’aime l’image animée depuis lgtps, le cinéma en général – dans sa dimension artistique-mais-pas-prout-prout – et je suis perfectionniste.
    J’adore le boulot de Nolan. Vraiment. ENFIN, de son équipe, de Hans Zimmer qui l’aide bien à donner une dimension hors norme à ses films, et de ses choix audacieux qui sont autant de partis pris auxquels j’adhère.

    Voila pourquoi, bien que Lyonnais depuis 1 an, j’ai décidé de faire l’A/R en TGV sur un dimanche pour voir de mes yeux, savoir ce que c’est, le FAMEUX 70 mm. L’attente était donc relativement grosse !

    J’ai donc testé pour vous… le 70 mm (Dunkerque de Nolan).
    Précision: je pense que c’était du non-IMAX 70 mm (Gaumont Marignan, à Paris).
    …….

    Lights off, le cliquetis du projecteur à pellicule me ramène des années en arrière, régression savoureuse.
    Premières images sur fond clair: le défilement physique de la pellicule fait scintiller l’écran, et sur les travellings rapides il manque des images par seconde.

    Ensuite, c’est une affaire de goût: le grain de la pellicule fait furieusement cinéma, authentique. Il confère cette distance par rapport aux images qui nous dit “ici c’est grand spectacle, pas TV UHD en mode king size”. A opposer au rendu net, chirurgical du numérique qui finalement manquerait sûrement aujourd’hui pour des films à grands renforts de CGI (pas le cas ici, au contraire): la force du progrès… imposé.

    Côté son: forcément, c’est LE point fort des salles IMAX et ne pas dire que je suis déçu (surtout quand je repense à la BA de 5 min vue en IMAX) serait mentir.

    Conclusion: le rendu n’est pas aussi “photographique” que je l’imaginais, mais plus “authentique”.
    J’irai le revoir en IMAX pour pouvoir parfaire mon opinion, en espérant avoir pu apporter un bout d’éclairage aux curieux.

  • paskal441 mardi 15 août 2017 13 h 14 min

    salut,

    si j’ai bien compris, au marignan champ elysée, c’est du 70 mm mais pas imax ?
    tu as été décçu par le son ??

    merci de ton retour en tout cas

    pascal

  • Marc mercredi 16 août 2017 9 h 44 min

    @Paskal441 : c’était du 70mm non Imax. Mais l’article date de la sortie du film, désormais relégué à une petite salle.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.