Après Zero Dark Thirty sorti la semaine dernière et Django Unchained la semaine d’avant, l’année 2013 continue à avoir de la gueule.

C’est en effet demain 30 janvier que sort rien de moins que le nouveau film de Steven Spielberg, Lincoln, sans doute plus académique et moins funky que ses deux précédents mais tout aussi maitrisé. Pas mal non ? D’autant que sa sortie est accompagnée de celle d’Happiness Therapy avec Jennifer Lawrence.
Au menu également des films qu’on a vu cette semaine : 7 Psychopathes ou le retour du réalisateur de Bons Baisers de Bruges ainsi que La Tête en l’air, très beau film d’animation espagnol d’après une bande dessinée et très justement récompensé lors du dernier festival d’Annecy (en espérant très fort qu’il ne sorte pas en catimini…).
Et n’oubliez pas, même si on ne l’a pas vu, que vous pouvez gagner des places pour Intersections.

Coté blu-ray, les films sortis la semaine dernière sont plus intéressants que ceux arrivent dans les prochains jours : L’Etrange Pouvoir de Norman ou le sympathique Les Saveurs du Palais sont à rattraper si vous êtes passés à coté lors de la sortie salles.

Tarantino, Bigelow, Spielberg… C’est sans compter sur Ryan Gosling et ses petits copains de Gangster Squad qui arrivent la semaine prochaine. On est bien, non ?

 

Lincoln
Critique, par Marc
Mais grâce aux très belles images, à la prestation d’un éblouissant casting ainsi qu’à un passionnant sujet, le spectateur finit par se prendre au jeu et sort de la salle avec l’envie d’en savoir un peu plus sur la vie politique américaine et ses grands hommes qui ont fondé les Etats Unis d’Amérique.

Happiness Therapy
Critique, par Jean-Victor
Sans pour autant coller une patate d’enfer à cause de son dénouement bateau et ultra attendu, Happiness Therapy s’avère globalement réjouissant tant les acteurs s’en collent plein la poire avec une ferveur et un tempérament assez survolté.

7 Psychopathes
Critique, par Marc
Les acteurs ont beau être bons, Sam Rockwell et Christopher Walken en tête, c’est trop tard. Bon Baisers de Brugges avait un problème de rythme au début du film et on venait à se réveiller à la fin, et le sentiment final n’en était que positif. Mais là, le film fait l’inverse et finit par faire naufrage.

La Tête en l’Air
Vu lors du Festival d’Annecy 2012
La réalisation était bien simple, pour coller au visuel d’origine, mais l’histoire était vraiment poignante. A travers le film et son sujet, Ignacio Ferreras prouve que le cinéma d’animation n’est pas destiné aux enfants puisqu’il s’agit bien là d’une histoire d’adultes de A à Z.

2 commentaires

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.