Les salles ne désemplissent pas. De Tintin à Twilight en passant par Intouchables, il faut désormais s’y prendre à l’avance pour avoir une place dans un multiplexe. Cette foule hivernale n’est pas prête de s’arrêter puisque 23 titres viennent s’ajouter ce mercredi (en comptant les concerts diffusés en salles et les reprises, ouf).

Au milieu de cette foule, on a vu six films qui dans l’ensemble nous laisse un gout de “bof” dans la bouche. On en retiendra deux en particulier : Or Noir, le nouveau et très réussi film de Jean Jacques Annaud et Les Adoptés de Mélanie Laurent, qui livre un premier long métrage intéressant.
Tout le reste (Hideaways, Time Out, Mission Noël) nous semble du coup bien secondaire parmi toutes ces sorties. Et on ne parlera même pas des Immortels.

Toutes les autres sorties, notamment le Casse de Central Park de Brett Ratner, sont à voir chez nos confrères d’Allociné. Qu’irez vous voir mercredi ?

Les Immortels
Critique dans l’Emission

Time Out
Critique dans l’Emission
Conférence de presse

Or Noir
Critique du film
Un point bien mineur car le reste du casting assure et rien ne vient gâcher ses 117 minutes d’aventures dans le désert. Annaud s’offre donc un retour en fanfare avec un film qui vaut largement le coup d’œil.

Mission Noël
Critique du film
Son écriture à la truelle tentant de conquérir son public dans la lutte hivernale annuelle, sa direction fade en font le film ci-tôt vu ci-tôt oublié de la période prématurée de Noël malgré une animation qui n’a rien à envier à ses concurrents

Les Adoptés
Critique du film
Et pourtant, il faut bien l’admettre, ce n’est pas avec les Adoptés qu’on pourra se payer la tête de cette hyperactive qui, en allant puiser dans des références bien senties aussi bien pour la mise en scène que pour le scénario, livre un premier film loin d’être exempt de tout défaut, mais tout aussi loin d’être honteux, et même pas désagréable. Mélanie, mea culpa.

Hideaways
Critique du film (vu au NIFFF en juillet 2011)
Malgré un début prometteur et des qualités esthétiques indéniables, la nouvelle réalisation d’Agnès Merlet n’arrive donc pas à convaincre à l’inverse de Dorothy, son oeuvre précédente.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.