Beaucoup de choses sortent en ce premier mercredi de février. Passons brièvement sur La Vérité si Je Mens 3 que nous n’avons pas vu car il n’était montré qu’en échange d’une critique compatissante, ce qui peut sans doute s’expliquer vu les premiers (et catastrophiques) échos.

Si on ne l’a pas vu, on a vu et critiqué six films : du drame dans l’univers de l’éduction (Detachment), du contemplatif japonais (Hanezu), un docu avec des animaux (Félins), un comédie horrifique (Tucker & Dale), un direct to DVD qui aurait mérité une sortie salle (Poursuite Mortelle) et une très belle biopic d’un mangaka (Tatsumi).

Tous nos liens dans la suite ainsi qu’une petite sélection sur Excessif devraient vous permettre de faire un choix. Par quoi allez vous démarrer cette nouvelle semaine cinéma ?

Tatsumi
Critique par Alex
Quoiqu’il en soit, Tatsumi est non seulement un hommage au dessinateur mais aussi et surtout une histoire d’amour au manga, preuve qu’il ne se résume pas à One Piece ou Samurai Deeper Kyo. Le film va même plus loin en proposant une réflexion sur la vie en elle-même, et malgré un léger problème de rythme, ce film est un petit bijou.

Poursuite Mortelle
Critique par Jessica
Ressort de tout cela un film ravissant, aussi prenant que beau à voir, et qui incite à se pencher à l’avenir d’un œil bienveillant sur les prochaines réalisations de Julian Gilbey.

Hanezu
Critique par Marc
Avec sa voix off un peu forcée au début et à la fin du récit, on ne peut que regretter que le film finisse par tant se disperser et passer à coté de ce qu’il voulait raconter. Dommage.

Félins
Critique par Marc
Beau, émouvant, le film l’est résolument (… ) Et on se prête à réver de pouvoir adopter un bébé guépard en sortant de la salle.

Detachment
Critique par Marc
On sort de Detachment sans doute trop triste. Et pour une fois, on a envie de préférer la vie au cinéma.

Tucker & Dale Fightent le Mal
Critique par Jessica
Rejouant pour les films d’horreur la partition brillamment écrite par Edgar Wright avec Shaun of the Dead pour les films de zombie, Eli Craig tape dans le mille avec finesse.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.