Toute la planète cinéma française a encore les images de Steven Spielberg dans les yeux, suite à sa présence parisienne et la diffusion sur Internet de la masterclass tenue à la Cinémathèque. Mais il ne faut pas oublier pour autant que des films sortent ce mercredi.

Et pas des moindres puisque ce deuxième mercredi de l’année accueille le nouveau film de Clint Eastwood ainsi que le nouveau Ghibli. Les deux sont à voir, même si le second est un peu trop oubliable à notre gout.
Nous avons également vu Intruders et The Darkest Hour qui seront détaillés dans une nouvelle Emission à paraitre demain.

Et si rien de tout cela vous tente et que vous êtes à Paris, n’oubliez pas que le cycle de projection des films de Spielberg (justement) commence dès ce soir avec Rencontre du 3e Type.

Et n’oubliez pas que vous pouvez nous retrouver chaque mercredi dans “la sélection des blogueurs” sur Excessif.

J. Edgar
Critique du film
On pourra reprocher au film de trop s’attarder sur l’homme plutôt que sur ses exploits et de tirer un peu sur la corde dans sa dernière partie à rallonge. Mais après un film qu’on va vite tâcher d’oublier [Au Delà], Clint Eastwood revient en très grande forme avec une histoire passionnante. Un régal.

La Colline aux Coquelicots
Critique du film
L’ensemble est très joli, prête à sourire et parvient même à donner faim (on y mange beaucoup !). Et si le tout est très sympathique, on est quand même face à un Ghibli très mineur, certes mignon mais à des millénaires d’un Princesse Mononoke ou d’un Tombeau des Lucioles. Malheureusement presque oubliable.

Intruders
– Critique dans l’Emission (à venir)
Soit 28 semaines plus tard était un coup de chance, soit Juan Carlos Fresnadillo a enchainé les galères pour accoucher d’un film aussi décousu, proposant à de très rares instants de jolies idées mais constamment plombé par un script indigeste, une réal datée et des situations dont le grotesque renvoi aux derniers Shyamalan. Déception, quand tu nous tiens…

The Darkest Hour
– Critique dans l’Emission (à venir)
Imaginez un blockbuster à l’américaine se situant et produit en Russie qui passe son temps à voir son propre pays rabaissé par des touristes américains. C’est le programme halluciné de The Darkest Hour, produit formaté pour un public d’adolescents azimutés qu’il considère comme tel avec ses personnages tous plus débiles les uns que les autres et son incapacité à tenir en haleine ou même à divertir proprement stupéfiante. Comme disait la chanson : Noir c’est noir…

Bonus : un extrait de La Colline aux Coquelicots

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.