Alors que nous avions pris nos vacances la semaine dernière, nous revenons cette semaine surtout à cause d’une grosse actualité.

Les blockbusters d’août commencent donc et nous avons pu voir trois des plus grosses sorties de cette semaine. Malheureusement, nous sommes passés à côté de Melancholia, la fin du monde selon Lars Von Trier, où Kirsten Dunst est reparti avec un prix à Cannes, absente des écrans depuis 2008 (All Good Things étant inédit en France). Passé celui-ci, vous pouvez également choisir d’aller voir la nouvelle production Apatow, ou préféreriez-vous vous mettre au vert ou plutôt voir les origines d’une planète remplie de macaques. Entre Mes Meilleures Amies, Green Lantern et La Planète des Singes, le choix est vite fait.

Un mot cependant sur la semaine dernière, deux films sont à retenir (on passera sur l’adaptation des Schtroumpfs et tout ce qu’ils ont fait à Peyo) : Super 8, véritable film Spielbergien (et notre conférence de presse) ainsi que Killing Bono, histoire vraie de deux dublinois essayant de percer dans la musique en même temps que U2 (et notre interview)

Mes Meilleures Amies
Critique du film
Malgré deux excellentes actrices principales (Rose Byrne ayant déjà fait ses preuves en Jackie Q dans American Trip), force est de constaté que ses « Meilleures Amies » c’est surtout beaucoup de bruit pour rien, qui fera probablement rire les aficionados du non-humour de Very Bad Trip et ses comparses.

Green Lantern
Critique du film dans l’émission de Juillet
Véritable fist fucking en puissance d’une franchise intéressante, Green Lantern est l’archétype du produit marketing torché par une bande d’incapables, par une équipe ayant dilapidé un budget colossal sur la base d’un scénario honteux et d’une production opportuniste au possible.

La planète des Singes : Les Origines
Critique du film dans l’émission d’Août
Très bien réalisé, très bien écrit, ça devrait plaire à tout le monde, aussi bien aux fans des premiers films, qu’aux fans de Burton qu’aux non-initiés (pour autant qu’ils se mettent dans l’optique d’être devant un film de SF, si on prend ça au premier degré on peut tomber dans le ridicule). Foncez-y, il a largement sa place dans le top 10 de l’année.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.