Après quelques dessins animés d’envergure comme Princesse Mononoke ou le Chateau Ambulant, le maître du dessin animé japonais nous offres aujourd’hui un film plus modeste.
Ponyo sur la Falaise n’est autre qu’une adaptation très libre de la Petite Sirène, mais une adaptation imaginée et réalisée à la perfection par Hayao Miyazaki.

Mise à jour du 08 avril :
C’est aujourd’hui que Ponyo sur la Falaise sort en salles. Les critiques presse sont aussi élogieuses que CloneWeb. Et vous ? Vous avez vu le film ? Venez partager vos avis dans les commentaires !

Les plus bourrins d’entre vous, amateurs d’hommes en armures volantes et de catcheurs sur le retour, seront surpris de lire ici ces lignes, d’autant que Ponyo est clairement destiné à un jeune public.
L’animation, totalement à l’ancienne et dûe à une équipe très restreinte surprendra. Les traits sont simples, les décors sont (subliment) réalisés aux pastels et aux crayons et il n’est pas certain que l’ordinateur n’ait jamais été utilisé. On est clairement dans le film pour enfants, comme l’était Kiki la Petite Sorcière ou Mon Voisin Totoro.

Mais, comme pour Totoro, on est vite plongé dans la magie de Miyazaki… Il reprend ici la Petite Sirène et transpose le conte d’Andersen dans son univers magique, coloré, se déroulant comme souvent dans un pays qui rappelle le Japon par ses coutumes mais l’Europe par son architecture. Il ajoute également des éléments Wagneriens, principalement issus de la Chevauchée des Valkyries (représentée dans le film par le tsunami, avec des poissons géants à la place des chevaux). On apprendra également que le vrai nom de Ponyo est Brünnhilde… Miyazaki ajoute à cela quelques thèmes qui lui sont chers comme l’écologie, ou l’innocence des enfants qui, encore comme dans Totoro, leur permet d’être réceptifs à la magie plus que les adultes.

Ajoutez à cela des personnages classiques mais attachants comme ce petit garçon de cinq ans, Sosuke, qui comprendra vite que l’apparence de Ponyo n’a pas d’importance et qui saura s’occuper d’elle, tout seul, après qu’une vague géante ait noyé une partie de son village, et la musique de Joe Hisaishi, en pleine forme se prenant, thème oblige, un peu pour Wagner…
Le seul défaut du film réside peut-être dans le fait que Miyazaki ne nous livre pas toutes les clefs de son univers. Ainsi l’origine de Ponyo et la personnalité de ses parents resteront trop floues.
Bref, on ne va pas tout raconter mais sachez que Ponyo est une vraie réussite, un film d’animation à l’ancienne, modeste mais parfaitement maitrisé, destiné principalement à un très jeune public mais tous ceux qui me lisent rêvent sûrement dans leur coin d’avoir à nouveau cinq ans et de pouvoir se prendre, avec une casquette de marin trop grande, pour le capitaine d’un bateau.

Ponyo sur la Falaise : 9/10
Sorties en salles le 08 avril 2009

3 commentaires

  • Hyacinthe RAIMBAULT mardi 24 février 2009 11 h 39 min

    Et on peut savoir comment tu as eu la chance de le voir aussi tôt ce film ?

  • CloneWeb mardi 24 février 2009 14 h 12 min

    C’était une projection destinée à la presse hier soir.

  • alex_bono jeudi 9 avril 2009 0 h 46 min

    le film m’a clairement bouleversé, un veritable chef d’oeuvre que nous livre encore une fois maître miyazaki

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.