Dimanche 28 mai 2017 et la 70e édition du Festival de Cannes touche à sa fin. Sous le soleil de la côte d’Azur qui aura brillé durant l’événement cinématographique de renom, dix-neuf long-métrages se seront confrontés aux yeux des critiques, du public et du jury présidé par Pedro Almodóvar. Ce dernier et ses huit camarades internationaux ont rendu leur verdict après de longues délibérations.

C’est The Square de Ruben Östlund de qui remporte donc la prestigieuse Palme d’or, succédant au Moi, Daniel Blake de Ken Loach. Pour son cinquième long-métrage de fiction, le réalisateur suédois aborde les errements de la classe bourgeoise suédoise autour du responsable d’un musée consacré à l’art moderne, incarné par Claes Bang.

Le jury aura même récompensé Nicole Kidman avec un Prix spécial du 70e anniversaire. L’actrice avait doublement marqué la compétition dans Les Proies de Sofia Coppola, auréolé du Prix de la mise en scène, et La Mise à mort du cerf sacré de Yórgos Lánthimos, qui a obtenu le Prix du meilleur scénario. Elle était aussi présente dans les séances spéciales du How to talk to girls at parties de John Cameron Mitchell et de la deuxième saison de la série Top of the Lake de Jane Campion.

Finalement, aucune des réalisatrices en compétition (Sofia Coppola, Jynne Ramsay, Naomi Kawase) ni les deux films proposés par le média polémique Netflix (Okja et The Meyerowitz Stories) n’ont été couronnés par la prestigieuse Palme d’or.

Retrouvez ci-dessous l’intégralité du palmarès de la 70e édition :

Palme d’or
The Square, de Ruben Östlund

Prix spécial du 70e anniversaire
Nicole Kidman

Grand prix
120 battements par minute, de Robin Campillo

Prix d’interprétation féminine
Diane Krüger pour In the Fade, de Fatih Akın

Prix d’interprétation masculine
Joaquin Phoenix pour You Were Never Really Here, de Lynne Ramsay

Prix de la mise en scène
Les Proies, de Sofia Coppola

Prix du jury
Faute d’amour, d’Andreï Zviaguintsev

Prix du scénario
Yórgos Lánthimos et Efthýmis Filíppou pour Mise à mort du cerf sacré
Lynne Ramsay pour You Were Never Really Here

Caméra d’or (récompensant le meilleur premier film)
Jeune femme de Léonor Serraille (présenté dans la séelction Un Certain Regard)

Palme d’or du court métrage
Xiao Cheng Er Yue (Une nuit douce), de Qui Yang

Mention spéciale
Katto (Le Plafond), de Teppo Airaksinen

Ajoutons à cela que les membres du jury parallèle de Cannes Soundtrack, créé en 2010 par Vincent Doerr et récompensant la meilleure bande originale de la compétition, ont décerné leur prix unique de l’année 2017 à Oneohtrix Point Never (ou Daniel Lopatin) pour sa composition électrique nerveuse du Good Time des frères Safdie avec Robert Pattinson.
Après The Bling Ring de Sofia Coppola et Partisan d’Ariel Kleiman, Good Time n’est que sa troisième bande originale de film. À signaler aussi la présence d’Iggy Pop au générique de fin, interprétant une chanson imaginée par le compositeur pour le long-métrage.
L’an dernier, ce fut Cliff Martinez qui remporta la compétition pour The Neon Demon.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires.