Critique : The Nice Guys

The Nice Guys de Shane Black est sorti ce dimanche dans les salles. C’est perturbant tant c’est rare, l’information vous ayant peut-être échappé.

Ca fait d’autant plus plaisir que le boulot de Black commence à être repris par d’autres puisque la Fox a décidé de rebooter l’Arme Fatale pour en faire une série télé. Et hasard du calendrier, le (mauvais) trailer a été dévoilé. On n’a pas envie de voir ça. The Nice Guys, par contre…

 

LA CRITIQUE

Disons le clairement : s’il n’a pas inventé le genre, Shane Black a, en créant les personnages de Riggs et Murtaugh, fait énormément pour le buddy movie. En lançant la franchise Arme Fatale puis en écrivant le Dernier Samaritain pour Tony Scott, le scénariste devenu entre temps réalisateur a donné ses lettre de noblesse au genre. Il faut en plus le remercier pour avoir écrit l’excellent Last Action Hero pour John McTiernan et pour avoir donné à Marvel Studios leur meilleur film depuis le début du MCU.

Onze ans après l’hallucinant Kiss Kiss Bang Bang, Shane Black revient à ses premiers amours et livre l’un des films les plus drôles de cette année. The Nice Guys est un petit bijou.

L’histoire se déroule à Los Angeles dans les années 70 et on va tout naturellement suivre deux personnages très différents dans une affaire de disparition. L’un est un détective privé qui picole et passe son temps à se casser la figure, au grand désespoir de sa fille. L’autre est une brute épaisse qui se fait engager par des jeunes filles pour qu’il aille tabasser leurs harceleurs. Suite au meurtre d’une actrice porno, l’un va se mettre à enquêter sur la disparition d’une jeune fille. L’autre va être embauché par la potentielle disparue pour tabasser l’enquêteur. Vous suivez ? Évidemment, ensemble, ils vont essayer de savoir ce qui s’est passé et découvrir que tout n’est pas aussi simple qu’espéré.

Vous verrez des similitudes entre The Nice Guys et Kiss Kiss Bang Bang, les deux buddy movies que Black a réalisé lui-même, de par le duo mis en place et le talent des acteurs. Russell Crowe est naturellement très bon mais Ryan Gosling sort du lot : habitué à des rôles où il est obligé de faire la gueule, le comédien trouve toute sa place dans la comédie. Mieux, on en redemande et on espère qu’il se fera désormais embaucher pour d’autres productions du même genre. Mais les deux comédiens ne sont pas loin de faire voler la vedette par la jeune Angourie Rice, 15 ans, dont le personnage est la véritable vedette du film.

La jeune fille peut faire penser au personnage de Darian, la fille de Bruce Willis dans le Dernier Samaritain. Il faut dire que le film partage beaucoup de similitudes avec la réalisation de Tony Scott. Plus largement, The Nice Guys emprunte de très nombreux éléments à l’univers de Shane Black, des petites choses qu’il a l’habitude de caler dans toutes ses histoires. Ainsi, une scène rappelle la passion du réalisateur pour les fêtes de Noël (époque à laquelle se déroule Iron Man 3), pour les personnages blessés à la main (comme Damon Wayans dans Le Dernier Samaritain) ou encore pour les victimes féminines se faisant jeter du haut d’immeubles (comme dans l’introduction de l’Arme Fatale).

On pourrait donc voir ici un concentré de ce que sait faire Shane Black. Pourtant The Nice Guys est peut-être l’un de ses films les plus aboutis tant l’écriture est fine. Nous offrant plusieurs niveaux de lecture, le cinéaste arrive une nouvelle fois à nous faire rire avec des scènes qui ne le serait pas au premier degré, il parvient également à poser ses personnages en 2-3 répliques, sans trop en faire et livre des dialogues hauts en couleurs. Plus riche en action, avec un récit qui se tient mieux, mieux filmé, The Nice Guys est par bien des points supérieur à Kiss Kiss Bang Bang. Il ne lui manque qu’un équivalent de la scène où Downey Jr pisse sur un cadavre pour être vraiment au dessus du lot.

Drôle, rythmé, porté par des acteurs qui ont pris du plaisir à tourner cela, mis en musique par une incroyable bande originale (The Temptations, Earth Wind and Fire, Kiss…), The Nice Guys est une formidable comédie d’action. Sans doute la meilleure que vous verrez cette année.

The Nice Guys, de Shane Black – En salles le 15 mai 2016



Laissez un commentaire :

  © CloneWeb - 2002-
RSS Actus | RSS Commentaires | RSS Forum | Netvibes | Wikio | iGoogle | MyYahoo
Reproduction, même partielle, interdite sans l'accord de l'auteur
Les différents produits cités ou utilisés sont la propriété de leurs auteurs respectifs.
Site propulsé par Wordpress - Design du thème : CloneWeb - Logo et plein de trucs biens par Ol-Design
54 requêtes. 0,599 secondes.