Critique : The Fundamentals of Caring

Quand il ne joue pas avec des fourmis et ne s’associe pas avec d’autres super héros, Paul Rudd tourne dans un petit drama indépendant produit par Netflix.

A ses cotés ? Craig Roberts vu dans Nos Pires Voisins, Selena Gomez ainsi que Bobby Canavale pour un petit rôle qui nous fait déjà regretter l’annulation de sa série Vinyl. Ca s’appelle The Fundamentals of Caring…

 

LA CRITIQUE

Régulièrement, Netflix met en ligne des films inédits en salles. Certains sont des acquisitions comme Pas Un Bruit disponible depuis avril dernier, d’autres sont de vraies productions originales comme l’ont été Beasts of No Nation ou Tigre et Dragon 2. Le petit dernier en date s’appelle The Fundamentals of Caring, écrit et réalisé par Rob Burnett, un ancien auteur de David Letterman dont c’est le second long-métrage.

Basé sur le bouquin The Revised Fundamentals of Caregiving de Jonathan Evison paru en 2012, le film raconte la relation entre un soigneur débutant et un jeune garçon atteint de la dystrophie musculaire de Duchenne. Après avoir fait connaissance et s’être liés d’amitié, ils partent en road trip. Le garçon n’ayant plus beaucoup à vivre, ils décident d’aller visiter quelques lieux décalés, comme une ferme exposant une vache géante, tant qu’il est encore temps. Sur leur route, ils feront notamment connaissance avec Dot, une auto-stoppeuse qui veut traverser le pays.

Le film sonne comme un road trip classique dans lequel les deux héros vont s’apprivoiser et évoluer l’un au contact de l’autre. Et il faut bien admettre que c’est le cas dans la forme, la réalisation n’ayant rien d’exceptionnel et les péripéties étant déjà vues ailleurs. En fait, The Fundamentals of Caring ressemble à la rencontre entre Rain Man et Intouchables. Mais comme ses deux ainés, il est porté par un duo (puis un trio) de personnages particulièrement attachants. Paul Rudd fait le boulot et le jeune Craig Roberts est très très bon dans son rôle de paralysé.

Le sujet pas toujours facile du handicap est traité avec une grande justesse et, surtout, beaucoup d’humour. Les dialogues sont en cela particulièrement savoureux. Il faut ajouter à cela le charme de Selena Gomez dont le personnage, même s’il ressemble à une version féminine du héros notamment dans son humour très cynique, apporte un second souffle à une intrigue qui n’aurait pas tenu son concept jusqu’au bout sans elle.

Alors, oui, The Fundamentals of Caring ressemble à tout un tas de trucs déjà vus, oui la fin est (partiellement prévisible). Mais il se dégage beaucoup de charme de ce petit drama indé, grâce à l’humour des personnages et des acteurs impliqués. Il aurait bien eu du mal à trouver sa place dans les salles, même seulement américaines mais il est parfaitement à l’endroit sur Netflix et vous fera sourire lors d’une soirée pluvieuse.

The Fundamentals of Caring, de Rob Burnett – Disponible sur Netflix



1 commentaire pour “Critique : The Fundamentals of Caring”

Laissez un commentaire :

  © CloneWeb - 2002-
RSS Actus | RSS Commentaires | RSS Forum | Netvibes | Wikio | iGoogle | MyYahoo
Reproduction, même partielle, interdite sans l'accord de l'auteur
Les différents produits cités ou utilisés sont la propriété de leurs auteurs respectifs.
Site propulsé par Wordpress - Design du thème : CloneWeb - Logo et plein de trucs biens par Ol-Design
58 requêtes. 0,612 secondes.