Critique : The Circle

Emma Watson était de passage à Paris pour présenter son nouveau long-métrage il y a quelques jours et vous pouvez voir notre vidéo de l’avant-première sur Facebook.

Dans The Circle, la comédienne partage l’affiche avec John Boyega, Karen Gillan et Tom Hanks. Vous pourrez également y voir le regretté Bill Paxton dans son dernier rôle…

 

LA CRITIQUE

L’article qui suit spoile partiellement la fin du film.

Après le joli film romantique The Spectacular Now avec Shailene Woodley et une sortie directe en vidéo à la demande avec The End of Tour, James Ponsoldt sort du film indé mignon pour une production plus importante (18 millions de dollars, la romance entre Woodley et Miles Teller n’avait couté que 2,5 millions) et un casting d’envergure. D’après sa promo, The Circle avait des airs de techno thriller ambitieux. Porté par Emma Watson et Tom Hanks, le film se plante horriblement mais n’en est pas pour autant moins inintéressant.

Comme dans le roman du même nom de Dave Eggers, qui co-signe le scénario, nous allons faire la connaissance de Mae – une jeune Américaine qui cherche un job intéressant et rejoint grâce à une relation une société appelée The Circle, sorte de croisement entre Google et Facebook. Dans cette start up géante où tout le monde est heureux de travailler, on s’active sur des réseaux sociaux nouvelle génération, sur de la collection de données et des produits high tech allant dans le même sens comme des caméras miniatures munies de tout un tas de capteurs visant à récupérer la data de ce qui les entoure. Se faisant remarquer dans la boite, Mae va monter les échelons. Évidemment, tout ne se passera pas comme prévu.

La première partie du récit est intéressante. Il faut dire qu’Emma Watson s’implique à fond. On découvre que son personnage est une jeune fille à la fois motivée et impliquée dans son travail. Le spectateur, lui, commence doucement à flipper quand on lui détaille ce que fabrique The Circle avec la collecte de données et les mini caméras évoquées plus haut. Partager des informations, des images sur Instagram, des stories, des tweets de ce qu’on fait, c’est bien. On peut commenter, interagir, découvrir et s’amuser. Mais on peut aussi choisir ce que l’on veut montrer (ou ne pas montrer, surtout), au moins simplement pour avoir de vrais moments seuls et déconnectés.

Sur sa route, Mae va rencontrer Kalden, incarné par John Boyega qui n’a pas beaucoup de présence à l’écran. Il est un ancien boss de la société et a pris ses distances. On espère alors que sa rencontre avec la jeune femme va la faire réfléchir. Un doute est semé dans son esprit, c’est du moins ce que le jeu de la comédienne laisse penser. Mais le propos du film n’ira pas dans ce sens, préférant continuer à nous montrer des expériences connectées intrusives, comme quand elle choisit de laisser filmer l’intégralité de son quotidien, du réveil au coucher. Nous, devant l’écran, on flippe de plus en plus devant ce qui est technologiquement à notre portée mais Mae ne moufte pas.

Alors on attend le déclic, le moment où le personnage va faire basculer cette visite de Google dans le techno-thriller annoncé. On attend le drame qui va changer sa perception des choses et lui faire ouvrir les yeux. La révélation ne viendra jamais. Pire, elle donne envie de voir le film sous un autre angle. James Ponsoldt et Dave Eggers cherchent-ils vraiment à dénoncer quelque chose ou se contentent-ils de nous faire croire qu’il nous suffit d’être utopiques et naïfs comme leur héroïne pour que tout finisse bien ? On a beau flipper par ce que pourrait nous réserver ce prequel à du George Orwell, la dénonciation attendue ne passe finalement pas par l’héroïne. Peut-être par les images mais ce n’est même pas certain. Heureusement, le spectateur vaut mieux que ça et sait ce qu’il a devant les yeux.

The Circle est un film étrange. Tout le monde fait le boulot correctement et la première partie est intéressante. Mais la conclusion remet tellement en question le récit qu’on est bien obligés de se dire qu’on est devant un film qui est passé à coté de son sujet. Seul ce que vous pensez de tout ça pourra vous permettre d’y trouver une once d’intérêt.

The Circle, de James Ponsoldt – Sortie le 12 juillet 2017



Laissez un commentaire :

  © CloneWeb - 2002-
RSS Actus | RSS Commentaires | RSS Forum | Netvibes | Wikio | iGoogle | MyYahoo
Reproduction, même partielle, interdite sans l'accord de l'auteur
Les différents produits cités ou utilisés sont la propriété de leurs auteurs respectifs.
Site propulsé par Wordpress - Design du thème : CloneWeb - Logo et plein de trucs biens par Ol-Design
51 requêtes. 0,686 secondes.