Keep Calm & Watch Old Movies : Septembre 2016

Tout ce mois de septembre 2016 sera marqué, à travers une sélection de cinq longs-métrages de la fin 60’s-milieu des 70’s, au « Nouvel Hollywood », mouvement dans lequel toute une poignée de réalisateurs, profitant de la baisse de régime d’Hollywood, décidèrent de changer la face du cinéma américain en mettant en scène des œuvres plus engagées, plus sociales, plus proches des attentes et des goûts du public d’alors, et plus ancrées aux problèmes de l’Amérique de l’époque.

Alors on fait le point sur ces sorties, et sur les autres.

Le Nouvel Hollywood

Dès le 14 septembre, seront visibles de nouveau sur grand écran le mythique EASY RIDER de Dennis Hooper, mettant en scène ce dernier et Peter Fonda dans le rôle de deux motards parcourant les USA et découvrant les deux faces du rêve américain. Autre immense road-movie proposé à la même date : MACADAM COWBOY de John Schlesinger, où Dustin Hoffman et Jon Voight incarnent deux paumés (un cowboy gigolo et un SDF infirme) accrochés à leurs rêves et leurs illusions ; un film vainqueur de l’Oscar du meilleur film, alors qu’il était classé X à l’époque !

Le 21 septembre, encore un périple à travers l’Amérique avec CINQ PIECES FACILES de Bob Rafelson, dans lequel foreur pétroier, prodige au piano, décide de retourner à la maison familiale pour voir son fils mourant. Un des grands classiques du cinéma américain des années 1970, et le premier grand rôle d’une future star, Jack Nicholson.

Enfin, dès le 28 septembre, le mythique TAXI DRIVER, chef-d’oeuvre que l’on ne présente plus : un taxi, les lumières des quartiers glauques du New York nocturne, Robert De Niro, la musique jazz de Bernard Herrmann, la voix off, les éclairs de violence, la célèbre scène du miroir… Vous l’avez tous vu, je ne m’éternise pas.

 

Les sorties du 07 septembre

Pour nous faire un peu oublier la déprime de la rentrée et son retour à la vie quotidienne, rien de tel que de redécouvrir sur grand écran la bonne humeur et la jovialité méridionale de Fernandel, icône du cinéma français à l’éternel sourire, à travers trois de ses films les plus connus. Tout d’abord, NAÏS de Raymond Leboursier (et officieusement Marcel Pagnol), drame où Fernandel interprète un valet de ferme bossu qui aime en secret la fille de son employeur, vieil ours mal léché ; puis deux comédies mises en scène par Marcel Pagnol : LE SCHPOUNTZ, dans lequel un jeune commis d’épicier mythomane, convaincu qu’il deviendra un acteur célèbre, rencontre une équipe de tournage, laquelle lui réserve une cruelle plaisanterie ; puis TOPAZE, comédie satirique dans lequel Fernandel incarne un professeur de morale engagé par un politicien véreux arrondissant ses fins de mois par le détournement de marchés publics.

 

Autres sorties

Depuis le 31 août, il vous est possible revoir sur grand écran l’un des joyaux du film noir : EN QUATRIEME VITESSE, sommet de la filmographie de Robert Aldrich tout autant que déconstruction des codes du genre ; scène d’ouverture d’unerare violence, générique défilant à l’envers, héros de détective antipathique, réflexion sur l’arme nucléaire, utilisation de musique classique, final apocalyptique et sans concession… Une des œuvres les plus radicales du film noir américain, victime d’une grande incompréhension aux USA, ne relevant pas les références au maccarthysme, alors que la critique européenne saluera intensément le film.

Le 14 septembre, un immense chef-d’oeuvre du cinéma muet est proposé en salles : L’AURORE de Friedrich Wilhelm Murnau. Considéré par François Truffaut comme le plus grand film du monde, le long-métrage narre l’histoire d’un pêcheur s’éprenant d’une citadine, laquelle lui demande de noyer son épouse afin de la rejoindre ; mais il change d’avis et sa femme s’enfuit en ville. Une œuvre reconnue aujourd’hui comme un des plus grands chefs-d’oeuvres du septième Art, par sa grande qualité technique et son histoire simple et universelle.

Autre chef-d’oeuvre, autre genre, dès le 28 septembre : IL ETAIT UNE FOIS DANS L’OUEST, classique inoubliable et premier volet de la trilogie de l’Amérique du cinéaste italien Sergio Leone. S’ouvrant sur une scène d’ouverture d’une durée inhabituelle et devenue instantanément culte, portée par une mythique bande originale d’Ennio Morricone et une mise en scène virtuose, Leone signe le sommet du western européen ou « western-spaghetti », aidés par les interprétations de Henry Fonda, Claudia Cardianale et Charles Bronson. A ne surtout pas rater si vous n’avez jamais contemplé du mythe du 7ème Art sur grand écran !

Toujours à partir du 28 septembre, un grand témoignage du jeune cinéma français des 80’s avec MAUVAIS SANG, deuxième long-métrage de Leos Carax (qui signera plus tard LES AMANTS DU PONT-NEUF) avec Denis Lavant, Juliette Binoche et Michel Piccoli ; soit l’histoire de deux bandes rivales se disputant le vaccin d’un virus frappant la population parisienne, virus atteignant les couples qui font l’amour sans s’aimer (métaphore du SIDA). Un film-OVNI, mélangeant la culture populaire et les références à la littérature française, avec une mythique scène où Denis Lavant danse frénétiquement sur la chanson « Modern Love » de David Bowie.

Conspué, massacré par la critique et le public s’attendant à un nouveau BASIC INSTINCT (dont il partage le même scénariste), SHOWGIRLS est le plus controversé des films de Paul Verhoeven ; malgré sa réputation spectacle kitsch et vulgaire, ce qu’il es totalement, le long-métrage du « Hollandais Violent » a su captiver au fil des années un nouveau public, ayant décodé le message satirique et le second degré derrière l’histoire de cette jeune stripteaseuse tentant sa chance à Las Vegas. Le film ressort en salles dès le 14 septembre en salles et en Blu-ray/DVD pour réveiller votre libido en cette rentrée cafardeuse !

 

Sorties vidéo

Du côté de la vidéo, signalons l’arrivée de cette nouvelle collection chez Carlotta « Midnight Collection » consacrée au cinéma d’exploitation ou « bis » ; après les sorties de MANIAC COP et EXTERMINATOR, la collection sort ce mois-ci deux œuvres du trasheux Frank Henenlotter, BASKET CASE (ainsi que ses 2 suites moins intéressantes) et FRANKENHOOKER.

Si vous préférez les acteurs français et populaires, Studio Canal propose en haute définition LE CORPS DE MON ENNEMI de Henri Verneuil avec Jean-Paul Belmondo, ainsi que trois films mettant en scène Louis De Funès : LES GRANDES VACANCES, LE PETIT BAIGNEUR et LE TATOUE.

ESC propose le classique de Henry Hathaway LE CARREFOUR DE LA MORT ainsi qu’une vraie curiosité : LARRY LE DINGUE, MARY LA GARCE de John Hough avec Peter Fonda, film policier devenu culte aux USA pour ses courses-poursuites, ayant inspiré Quentin Tarantino pour BOULEVARD DE LA MORT.
Pour les amateurs de cinéma asiatique, après leurs sorties salles, Carlotta propose en vidéo A TOUCH OF ZEN et DRAGON INN, deux sommets de la filmographie de King Hu.

Si vous êtes plus portés sur les films dérangeants, L’AUTRE de Robert Mulligan, sortant dans une belle édition chez Wild Side, devrait vous satisfaire grandement. Enfin, pour détendre les zygomatiques et augmenter le moral s’il est bien bas, rien de tel que l’intégrale de la série 80’s POLICE ACADEMY en Blu-ray !

 

Festivals

L’Etrange Festival, le rendez-vous des cinéphages azimutés parisiens à chaque début septembre, revient comme toujours avec son lot d’avant-premières toutes plus passionnantes les unes que les autres, ainsi qu’un programme de films de patrimoine tout aussi jouissif. Signalons entre autres une carte blanche donnée à Jaz Coleman, fondateur du groupe Killing Joke, un hommage au défunt cinéaste Andrzej Zulawski, un cycle consacré à Shohei Imamura ; mais le cinéma Les Fauvettes proposera en partenariat avec le festival un cycle de films Gaumont.
Toutes les infos ici : http://www.etrangefestival.com/
Pour le cycle Gaumont chez Les Fauvettes

Enfin, évoquons le grand rendez-vous des fans de cinéma de genre de l’Alsace et du Grand Est avec le Festival Européen du Cinéma Fantastique de Strasbourg, qui accueillera en tant que président William Lustig, réalisateur de MANIAC et MANIAC COP, ainsi que le grand metteur en scène transalpin Dario Argento en invité d’honneur. Une rétrospective ainsi qu’une masterclass seront proposées pour chaque cinéaste.

La manifestation strasbourgeoise consacrera également une rétrospective consacré à la franchise Universal Monsters, ainsi qu’un cycle « M For Murder » consacré au serial killers au cinéma. Un hommage sera également donné à David Bowie avec la projection de L’HOMME QUI VENAIT D’AILLEURS et la « Nuit Excentrique » proposera pour les cinéphiles déviants et courageux un programme haut en couleur composé de 3 nanars !

Toutes les infos ici



Laissez un commentaire :

  © CloneWeb - 2002-
RSS Actus | RSS Commentaires | RSS Forum | Netvibes | Wikio | iGoogle | MyYahoo
Reproduction, même partielle, interdite sans l'accord de l'auteur
Les différents produits cités ou utilisés sont la propriété de leurs auteurs respectifs.
Site propulsé par Wordpress - Design du thème : CloneWeb - Logo et plein de trucs biens par Ol-Design
53 requêtes. 0,584 secondes.